Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le silence de Mahomet

Auteur : Salim Bachi

Date de saisie : 04/09/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 20.00 / 131.19 F

ISBN : 978-2-07-078483-7

GENCOD : 9782070784837

Sorti le : 04/09/2008

Acheter Le silence de Mahomet chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 08/06/2009

Mahomet fut un homme passionne avant d’etre le prophete de l’islam. C’est a present un personnage de roman. Un roman qui se deploie aux alentours de l’an 600 apres J.-C., entre La Mecque et Medine, des sables du desert d’Arabie aux abords de Jerusalem.
Nous voyons Mahomet naitre, vivre et mourir a travers les confessions de sa premiere femme, Khadija, de son meilleur ami, le calife Abou Bakr, du fougueux Khalid, le general qui conquit l’Iraq au cours de batailles epiques, et enfin de la jeune Aicha, devenue son epouse a l’age de neuf ans.
Homme singulier, conteste par les siens au debut de sa predication, Mahomet est un orphelin enrichi par son mariage avec Khadija, bien plus agee que lui. Marchand et caravanier prospere visite par Dieu a quarante ans, prophete et homme d’Etat visionnaire a cinquante, amant et conquerant impitoyable, Mahomet ne cesse de fasciner et d’embraser les ames plus de quatorze siecles apres sa mort a Medine sur les genoux d’Aicha, son dernier amour.

Salim Bachi est ne en 1971 en Algerie. Ses livres ont ete remarques par la critique et couronnes de nombreux prix. Il signe la son quatrieme roman.

  • La revue de presse Bernard Loupias – Le Nouvel Observateur du 11 decembre 2008

Apres avoir montre le pire, il fallait que je mette en lumiere ce qu’il y avait de mieux dans l’islam a travers la figure du Prophete. Maintenant, l’interpretation qu’on fera de mon travail ne m’appartient pas… Un travail splendide. Fluide et precise, la langue de Salim Bachi retrouve les tonalites du conte, les parfums de la grande poesie arabe comme des chroniques classiques (Al-Sira, Tabari…), longuement relues pour rendre les plus subtiles nuances de l’univers d’ou a surgi le prophete de l’islam et fondateur de la nation arabe (les sources judeo-chretiennes de l’islam sont notamment finement suggerees)…
On voit mal en tout cas ce que le plus sourcilleux des croyants trouverait a redire a ce recit lumineux, a cette polyphonie qui rend a celui qui reva d’etre pour les Arabes a la fois Moise et Alexandre le Grand tout son poids de chair et de passions bien humaines…

  • La revue de presse Muriel Steinmetz – L’Humanite du 30 octobre 2008

Avec le Silence de Mahomet, le romancier Salim Bachi, ne en 1971 dans l’Est algerien, met ses pas dans ceux du Prophete. L’ouvrage n’a rien d’un recit hagiographique. Il ne s’agit pas non plus d’un texte attentatoire a l’existence du fondateur de l’islam mais d’une evocation familiere dotee d’une indeniable liberte de ton…
Le lecteur a le sentiment d’assister a la fois a la naissance d’une religion qui va s’etendre et se propager dans le sang, par le biais de chefs de guerre exigeant des tetes. Il lui semble egalement saisir en profondeur un etre singulier, unique et tres humain. On decouvre ainsi, au fil de la narration, des anecdotes sur son caractere et ses habitudes…
De la revelation prophetique a l’ultime priere, le Silence de Mahomet est un conte monotheiste de facture tres moderne.

  • La revue de presse Christian Makarian – L’Express du 18 septembre 2008

Peut-on faire du fondateur de l’islam le heros d’une fiction ? C’est le pari de Salim Bachi, qui signe un beau recit melant tradition et critique…
De la revelation prophetique a sa derniere priere, la vie de Mahomet se lit comme un conte monotheiste qui decrit la durete des hommes du desert et toutes leurs faiblesses. Y compris celles du Prophete…
Le Mahomet de Salim Bachi est avant tout fidele : a Dieu, a ses freres et compagnons, mais aussi a un siecle cruel. Fidele aussi est ce roman, a l’image d’un Annonciateur que ses successeurs ont trahi.