Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le silence des meres

Auteur : Pietro Pizzuti

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Theatre

Editeur : Lansman, Carnieres, Belgique

Collection : Theatre a Vif

Prix : 8.00 €

ISBN : 978-2-87282-525-7

GENCOD : 9782872825257

  • Les presentations des editeurs : 13/07/2006

Une mere et une fille. Elles sont toutes les deux atteintes d’un cancer. La mere parle beaucoup. La fille le sait et se tait. Dans un chasse-croise ineluctable, elles se retrouvent tour a tour patiente et visiteuse dans le meme hopital, dans la meme chambre peut-etre… La fille meurt la premiere, sans rien dire de ses souffrances physiques et morales, ni de son immense soif d’amour. Quant a la mere, au moment ou ses forces diminuent, elle recoit une visite aussi bouleversante qu’inattendue…

Romain d’origine et Bruxellois d’adoption. Pietro Pizzuti est apprecie comme comedien, metteur en scene et auteur tant en Belgique qu’a l’etranger. De nombreux prix en attestent. Il joue egalement un role important dans la decouverte et la valorisation des nouveaux dramaturges et de leurs oeuvres.

  • Les courts extraits de livres : 13/07/2006

(Tout a coup FILLE a un malaise et vomit abondamment sur le lit, MERE la secourt)

Oh doux Jesus ! Qu’est-ce qui t’arrive ? Appelle, appelle quelqu’un !

(MERE pousse sur le bouton d’appel et commence a nettoyer FILLE)

Oh la, la. Mais qu’est-ce qui t’arrive ? Regardez-moi ca. Mon Dieu, doux Jesus ! Toi, tu dois vraiment te reposer, et comment ! Tu vois comme ca te remue, rien que d’etre couchee sans rien faire. Apres tout ce a quoi tu as fait face… ces derniers temps, mon opaline. Tu t’es bien trop fatiguee. Et jamais de repit, jamais tu ne t’es arretee pour penser a te reposer. Voila ce que ca fait maintenant. Tout qui sort. Tout qui sort parce que ca ne tient plus dedans, tiens. Bien sur ! Tous tes tracas qui te brouillent l’estomac et plus rien ne tient ensemble. Mais qu’est-ce qu’ils font au lieu de venir t’aider ? Oui, eh bien, a cette heure ce n’est plus la peine, tiens. On a tout fait toutes seules. Sans personne. Ce n’est plus la peine, tu leur diras. On n’a plus besoin de personne. Voila, repose-toi, maintenant, ne dis rien. Ne pense plus a rien. Ce n’est pas bien grave, c’est un trop-plein. C’est normal avec tout ce que tu as du avaler. Normal. C’est du surmenage. Pense un peu a toi. Rien qu’a toi. Tu verras le bien que ca fait, il est temps. Et puis profite un peu de moi, tiens.