Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le temps des miracles

Couverture du livre Le temps des miracles

Auteur : Anne-Laure Bondoux

Date de saisie : 25/03/2009

Genre : Jeunesse a partir de 13 ans

Editeur : Bayard Jeunesse, Montrouge, France

Collection : Millezime

Prix : 11.90 €

ISBN : 978-2-7470-2645-1

GENCOD : 9782747026451

Sorti le : 08/01/2009

  • Le choix des libraires : Choix de Chantal Bonnemaison de la librairie COLOPHON a GRIGNAN, France (visiter son site) – 20/02/2009

Koumail, adulte, vit en France. Il attend pour repartir dans le Caucase.
Commence son histoire, du Caucase a la France, de l’enfance a l’age adulte.
La fuite, avec Gloria Boheme, de villes en decharge, pour survivre, pour echapper a la guerre ; la misere, la lutte pour la survie, les separations continuelles avec des gens de passage, les amities qui se nouent, se denouent, et toujours la guerre, les exactions, les bombardements…
Et cette lueur que Gloria transmet a Koumail-Blaise. L’histoire rocambolesque de l’adoption de celui-ci par Gloria, son origine francaise. Cette comptine qui revient pour les aider a echapper a la realite.
Malgre la durete de la vie, du quotidien, l’espoir demeure.
On retrouve l’ambiance, la musique, de son livre “Les larmes de l’assassin”.
Au debut, j’ai eu quelques difficultes a croire a cette histoire, et tout doucement, la langue poetique d’Anne-Laure Bondoux m’a ensorcele, happe, et j’ai “devore” le livre.

  • Le choix des libraires : Choix de Anne Delphin de la librairie LE BATEAU BLANC a BRIGNOLES, France – 09/02/2009

L’histoire d’un petit garcon, venant de l’est de l’Europe, et voulant quitter sa vie miserable pour rejoindre la France, “le pays de Baudelaire et des droits de l’homme”. Rescape d’un accident de train et recueilli par une jeune femme qui recupere aussi deux passeports francais, il est bringuebale de village en village, de petits boulots en petits boulots tous miserables, poursuivi par la mafia, et toujours la peur au ventre. Sa soif d’apprendre et son desir d’engranger le plus d’informations, persuade que celles ci lui servirons tot ou tard, le sauvent.
Il est retrouve tapi au fond d’un camion au milieu d’une cargaison de porcs. Des lors, il partira a la recherche de sa mere, de ses meres.
Un sujet original, un style fluide pour un roman bien ecrit et un sujet tres bien traite.

  • Le choix des libraires : Choix de Claire Lebreuvaud de la librairie ANECDOTES a LIMOGES, France – 14/01/2009

Annees 90, le Caucase est un sacre bazar en guerre, trop de pays, trop de peuples… Une femme Gloria Boheme et un enfant Koumail-Blaise-Fortune jetes sur les routes avec leur barda (un samovar, un violon sans cordes, un poste de radio sans piles, un vieil atlas vert). Il y a le froid, la faim, les histoires rocambolesques de Gloria qui reconfortent (il faut bien inventer des histoires pour que la verite soit supportable) et puis surtout la rage d’avancer envers et contre tous avec l’espoir de rejoindre la France, la patrie des droits de l’homme, de Victor Hugo et de Charles Baudelaire meme si pour Koumail au debut la France ce sont surtout des murs, des portes, des grilles, des dortoirs et de couloirs.
La pure verite c’est que Gloria Boheme et Anne-Laure Bondoux ont en commun le talent de raconter des histoires qui rendent la vie supportable. Un roman qui se devore d’une traite… mais a savourer… une fois la derniere page tournee on a beaucoup de difficulte a laisser derriere soi Koumail alias “jemapelblezfortunejesuicitoyendelarepubliquedefrancecelapurverite”

  • Les presentations des editeurs : 14/12/2008

Lorsque les douaniers m’ont trouve, tapi au fond d’un camion a la frontiere francaise, j’avais douze ans et j’etais seul. Je n’arretais pas de repeter : jemapelblezfortunejesuicitoyendelarepubliquedefrancecelapurverite. Je ne savais pas que mon passeport etait trafique, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j’etais venu du Caucase jusqu’ici, dans le pays des droits de l’homme et de Charles Baudelaire. Surtout, j’avais perdu Gloria. Gloria Boheme, qui s’etait occupee de moi depuis que ma mere avait disparu. Avec elle, j’avais vecu libre, malgre la guerre, malgre les frontieres, malgre la misere et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j’ai toujours garde l’espoir de retrouver cette femme au coeur immense, qui avait le don d’enchanter ma vie.

Anne-Laure Bondoux est nee dans la region parisienne, en I971- Enfant, elle grimpait aux arbres, elle jouait au foot, mais elle aimait aussi qu’on lui lise des contes et des poemes. Elle revait de devenir exploratrice : finalement, les mots sont devenus son passeport favori pour voyager.
Apres des etudes de lettres, elle a ete redactrice pendant trois ans a Bayard puis a commence a publier des romans destines aux adolescents. Car a cette periode intense de la vie, la litterature est un lieu de rencontres tres fortes !
Anne-Laure a participe a de nombreux salons et ses romans ont ete largement primes. Ils sont traduits dans quatorze langues.
Par ailleurs, Anne-Laure Bondoux vient d’achever l’adaptation pour le cinema des Larmes de l’assassin.
Elle vit toujours pres de Paris. Elle a deux enfants qui sont maintenant plus grands qu’elle…

  • La revue de presse Nathalie Riche – Lire, mars 2009

Voici un livre lumineux !…
On pense a Roberto Benigni dans La vie est belle, ou a Charlot et son Kid, les pieds dans le bitume, la tete dans les etoiles. Et si le miracle consiste bien en l’amour qui unit les deux personnages et les fait avancer, le roman va plus loin. Car l’auteur des Larmes de l’assassin et de Pepites dessine un hymne a l’enfance, au droit de vivre libre, sans misere, contre l’absurdite des frontieres, avec la faculte de construire son identite. Un livre initiatique sans mievrerie qui touchera les ados autant que leurs parents. Les editions Bayard en ont fait le pari, en publiant le livre egalement en format adultes.

  • Les courts extraits de livres : 14/12/2008

Je m’appelle Blaise Fortune et je suis citoyen de la Republique de France. C’est la pure verite.

Le jour ou les douaniers m’ont trouve au fond du camion, j’avais douze ans. Je sentais aussi mauvais que le local a poubelles d’Abdelmalik, et je ne savais repeter que cette phrase : jemapelblezfortunejesuicitoyendelarepubliquedefrancecelapurverite.
J’avais perdu pratiquement toutes mes choses precieuses en cours de route. Heureusement, il me restait mon passeport ; Gloria l’avait bien enfonce dans la poche de mon blouson quand nous etions a la station-service. Les renseignements inscrits dedans prouvaient que j’etais ne le 28 decembre 1985 au Mont-Saint-Michel, au bord de la Manche, page 16 de l’atlas vert. C’etait ecrit noir sur blanc. Le probleme, c’etait ma photo : elle avait ete decollee puis recollee, et meme si Monsieur Ha s’etait parfaitement applique pour refaire le tampon officiel pardessus, les douaniers n’ont pas cru que j’etais un vrai petit Francais. J’aurais voulu leur expliquer mon histoire, mais je n’avais pas assez de vocabulaire. Alors ils m’ont tire par le col de mon pull pour me faire sortir du camion et ils m’ont embarque.