Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le temps du violon

Auteur : Martine Dassault

Date de saisie : 11/01/2007

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Rocher, Monaco, France

Collection : Esprits libres

Prix : 17.00 €

GENCOD : 9782268060743

Sorti le : 11/01/2007

  • Le journal sonore des livres : Emmanuelle Cousin – 23/01/2007

Telecharger le MP3

Emmanuelle Cousin – 23/01/2007

  • Les presentations des editeurs : 14/01/2007

C’est l’histoire d’une chaine perverse entre un pere, une fille et une mere immolee, et comment elle, la fille, la survivante, elle va faire avec tout ca.
Il y a la de l’Oedipe et de l’Electre, du grand mythe en live, en noir et or, de la violence, de la perversite, des partitions eternellement rejouees, avec le desir qui ne tarit jamais, et la beaute qui sauve tout.
C’est une histoire d’exclusion, dans un monde sans poesie ou la liberte est devenue fantome. C’est la place a retrouver dans un monde sans ordre.
C’est Helene, femme d’aujourd’hui.

Martine Dassault, ecrivain, a publie Crash et Les Lys Casablanca, les deux premiers volets de cette trilogie, aux Editions du Rocher.

  • Les courts extraits de livres : 14/01/2007

Le temps de Genes

C’est un jour d’ete. C’est important de le dire, elle n’est jamais pareille, les jours d’ete. Elle est offerte, langoureuse, magnifique. Il y a beaucoup de choses possibles dans les etes d’Helene. C’est la qu’elle est prete. Sa peau se lustre, le regard s’adoucit, les gestes se delient. Les chaleurs les plus insupportables la font etinceler etrangement. On dirait qu’elle communie dans les rayons les plus difficiles de l’astre, qu’elle s’accomplit dans leur durete et leur inconditionnelle abstraction. Il y a comme une mystique dans cette necessite d’intense, d’insoumis, et d’irreductible. On dirait que l’ete lui donne une clef, enfin, pour aimer et etre aimee.

Elle est arrivee a Genes au debut de l’apres-midi. Demain, elle aura encore toute une grande matinee devant elle. Genes, ca ne lui dit pas grand-chose, elle entre a l’aveuglette, a peine se souvient-elle, en forcant sa memoire, de quelques notions baclees d’histoire ancienne. Une ville de pouvoir et d’argent, des banquiers, des rivalites, des luttes incessantes. Un port, des bateaux, des flottilles, des armadas, aussi. Mais il a fallu qu’elle arrive droit dessus, qu’elle aspire des bouffees de mer industrieuse pour en recevoir la certitude au visage.

Pas un nom ne lui vient, qui se souvient de l’histoire de Genes ? Elle en tout cas n’en a rien retenu. D’ailleurs on ne visite pas Genes, ca ne vient a l’idee de personne, pas de touristes, on y passe oblige, en transit ou pour affaires, on ne s’attarde pas, la route des epices est perimee.