Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le Traite des trois imposteurs : histoire d’un livre blasphematoire qui n’existait pas

Auteur : Georges Minois

Date de saisie : 11/02/2009

Genre : Religion, Spiritualite

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Prix : 20.00 / 131.19 F

ISBN : 978-2-226-18312-5

GENCOD : 9782226183125

Sorti le : 07/01/2009

Acheter Le Traite des trois imposteurs : histoire d’un livre blasphematoire qui n’existait pas chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le courrier des auteurs : 10/01/2009

Mon cher libraire,

J’ai mis la main pour vous sur l’affaire du siecle, le graal des libraires, l’arme absolue contre le cyberlivre, le bestseller fantome : le livre dont tout le monde parle et qui n’existe pas.
Ce livre sans existence, j’en raconte l’histoire, dans un livre qui existe. Un livre sur l’histoire d’un livre qui n’existe pas ? Imposture ! Justement, ce livre s’intitule Le Traite des trois imposteurs, qui sont supposes etre Moise, Jesus et Mahomet, les trois fondateurs des trois grandes religions monotheistes. Pendant des siecles, cet ouvrage sans existence a seme la terreur, mis en echec toutes les censures, les polices et les inquisitions; un livre virtuel et sans auteur, qui a beaucoup plus d’effet que des livres reels, parce que chacun en imagine le contenu blasphematoire en le remplissant de ses fantasmes.
Quelle merveille pour un libraire ! Un livre qui n’encombre pas les tables et les vitrines, et que tout le monde cherche a se procurer; un livre sans droits d’auteur et dont les ventes sont tout benefice. Vous en reviez ? Je l’ai fait pour vous ! Ah, bien sur, mon Traite des trois imposteurs, lui, existe et est soumis aux contraintes editoriales habituelles. Mais en l’achetant, on a deux livres pour le prix d’un : un qui existe, et l’autre qui n’existe pas. Quelle affaire !

Bien cordialement.

Georges Minois

  • Les presentations des editeurs : 08/01/2009

C’est au XIIIe siecle, en plein conflit politique entre le Pape et l’Empereur, que commence a circuler la rumeur d’un livre sulfureux : le Traite des trois imposteurs. Tout est dans le titre, blaspheme supreme qui denonce dans un meme souffle Moise, Jesus et Mahomet comme vils affabulateurs brandissant la menace de la colere divine et de ses chatiments eternels pour mieux asseoir leur tyrannie politique ; de la, il s’ensuit que toute religion est une imposture, et que les Eglises sont de cyniques machines a opprimer. Tout au long du demi-millenaire suivant, jusqu’a l’epoque des Lumieres, l’idee de ce livre circule souterrainement, alimentant les fantasmes des inquisiteurs comme des libres-penseurs, et pourtant, nul ne l’a jamais vu. Le Traite des trois imposteurs n’existera en tant que livre qu’au XVIIIe siecle, empruntant alors son contenu aux polemistes anti-chretiens de l’Antiquite comme a Spinoza. Mais, du Moyen Age a l’epoque moderne, son seul titre aura fourni la matiere d’une critique radicale de la religion comme institution et comme foi. A travers l’histoire rocambolesque d’un livre fantome, c’est toute l’histoire de l’atheisme, du materialisme et de la libre-pensee qui se dessine en filigrane de cette passionnante etude au ton enleve.

Georges Minois, ne en 1946, historien francais specialiste notamment d’histoire religieuse, compte a son actif une impressionnante bibliographie, qui comporte notamment les titres suivants : Histoire du mal de vivre. De la melancolie a la depression (La Martiniere, 2003), Les Origines du mal. Une histoire du peche originel (Fayard, 2002), Histoire de l’atheisme. Les incroyants dans le monde occidental des origines a nos jours (Fayard, 1998), Histoire de l’avenir. Des prophetes a la prospective (Fayard, 1996), Censure et culture sous l’Ancien Regime (Fayard, 1995), L’Eglise et la Science. Histoire d’un malentendu (2 vol., Fayard, 1990-1991).

  • La revue de presse Marc Riglet – Lire, fevrier 2009

Assener que les trois grandes religions monotheistes sont les oeuvres de trois imposteurs. Designer Moise comme un berger mythomane, Jesus-Christ comme un magicien roue et Mahomet comme un chamelier inculte. Ajouter, pour le meme prix, qu’il faut etre bien fou pour croire qu’une vierge a pu mettre au monde le fils d’un dieu createur du ciel et de la terre. Conclure par cette proposition qu’on ne devrait rien croire qui ne puisse etre prouve par la raison de la nature. En voila assez, au XIIIe siecle du moins, pour vous faire excommunier incontinent. Et c’est ce qui arrive, en 1239, a Frederic II, empereur du Saint Empire romain germanique, accuse par son ennemi fieffe, le pape Gregoire IX, d’avoir soutenu ces theses horrifiques et de les avoir rassemblees, avec le concours de son ame damnee, Pierre des Vignes, dans un ouvrage au titre explicite : De tribus impostoribus…
Le livre, hier imaginaire, est devenu clandestin. Il vaut moins pour lui-meme que pour la fascination qu’il continue d’exercer. Fascination repulsive, il est le blaspheme integral. Fascination eblouie, il est le Graal de la libre-pensee.

  • La revue de presse Roger-Pol Droit – Le Monde du 8 janvier 2009

Cette folle affaire est une histoire authentique. Les experts la connaissent, et a son sujet les recherches savantes sont legion. Georges Minois en retrace l’essentiel a l’usage des non-specialistes, dans un ouvrage mi-instructif et mi-insolite, qui porte a son tour le titre qui fit tellement parler : Le Traite des trois imposteurs…
Finalement, cette insolite saga offre bien des sujets de meditation. Sur l’histoire de l’incroyance. Sur les avantages des textes qui n’existent pas sur ceux qu’on peut lire. Sur la superiorite des livres qui se reduisent a un titre par rapport a ceux qui noircissent des pages et des pages. Sur les pouvoirs de l’imagination et de la rumeur. Sur l’esperance de vie des epouvantails. Au choix…

  • Les courts extraits de livres : 17/01/2009

Extrait de l’avant-propos :

Le Traite des trois imposteurs est ce qu’on appelle un ouvrage mythique. Tout est dans le titre, provocation supreme, blaspheme absolu, defi frontal aux trois grandes religions monotheistes. Qualifier Moise, Jesus et Mahomet d’imposteurs, c’est heurter directement la foi de milliards d’individus, de croyants convaincus. C’est bien pourquoi ce titre – epouvantail, qu’on ne prononcait qu’a voix basse, dont la seule evocation faisait peur, a pu se suffire a lui-meme pendant des siecles. Du XIIIe au XVIIe siecle, ce livre circule a l’etat virtuel : personne ne l’a vu, personne ne l’a lu, mais presque tout le monde croit qu’il existe. D’une certaine facon, son histoire ressemble un peu a celle du dieu qu’il combat : sorti de l’imagination des hommes, il devient tellement obsedant qu’il finit par exister : le voila qui sort des presses de Hollande en 1719, et alors, il se multiplie, circule clandestinement dans toute l’Europe, ou les libres penseurs l’achetent a prix d’or.
Ce qui fait son caractere scandaleux, c’est que non seulement il s’en prend aux fondateurs des trois grandes religions, et du meme coup a leurs dieux, mais qu’en plus il les met sur le meme plan, dans le meme panier, le panier des supercheries, des tromperies, des illusions qui endorment la raison et suscitent d’absurdes massacres : Yahveh, Dieu, Allah ne sont que des mots, que du vent, et leurs prophetes, Moise, Jesus, Mahomet, ne sont que des imposteurs. Leur imposture, entretenue par les rabbins, les pretres et les imams, a provoque la mort violente de millions d’hommes, morts litteralement pour rien, pour du vent. Voila ce que dit le Traite des trois imposteurs. Point n’est besoin meme de le lire pour en deviner le contenu. C’est bien pourquoi ce livre a pu circuler si longtemps sans meme exister. Chacun pouvait y mettre ses fantasmes. Et sans meme l’avoir jamais vu, on en designait les auteurs, depuis l’empereur Frederic II jusqu’a Spinoza, en passant par tous les esprits heterodoxes, heretiques, athees, sceptiques. A bien des egards, on peut parler a ce stade d’une psychose. Sans avoir jamais vu ce livre, on offre des recompenses considerables a qui en trouvera un exemplaire. Jusqu’au jour ou le fameux traite se materialise.