Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le tresor des Barbares

Couverture du livre Le tresor des Barbares

Auteur : Jean-Paul Gourevitch

Date de saisie : 15/02/2007

Genre : Jeunesse a partir de 9 ans

Editeur : Bayard Jeunesse, Paris, France

Collection : Les romans de Je bouquine, n 179

Prix : 5.90 / 38.70 F

GENCOD : 9782747016780

Sorti le : 18/01/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Emma Barcaroli – 13/03/2007

Telecharger le MP3

Emma Barcaroli – 13/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 09/03/2007

1843. L’inauguration de la ligne de chemin de fer Paris-Orleans approche. Les Barbares, une bande de gamins des rues, s’appretent a detrousser les voyageurs. Et voila que les embrouilles commencent : le tresor qu’ils avaient cache disparait, un curieux personnage leur propose une affaire louche et le commissaire Damoiseau, leur ennemi jure, ne les lache pas d’une semelle…

Expert international de l’Afrique et des migrations, Jean-Paul Gourevitch est aussi un specialiste de la litterature de jeunesse. Il nous livre ici la suite de La vengeance des Barbares (if 167).

  • Les courts extraits de livres : 09/03/2007

Entre-temps, Fleur, la seule fille de la bande, etait devenue l’amie de Ponette, la petite marchande de fruits de la rue du Fer-a-Moulin. Elle lui avait explique que les Barbares en avaient assez de vivre dans la rue ou sous les ponts de la Seine, avec la crainte de se faire ramasser par la Rousse, la police du commissaire Damoiseau. Ils cherchaient un abri, si possible a proximite de la nouvelle gare ou allait etre inauguree la ligne Paris-Orleans. C’etait une fete a ne pas manquer. Il y aurait a boire et a manger a gogo, et, dans la foule qui se presserait, quelques bourses a tirer.
-Chez moi, c’est tout petit, avait objecte Ponette. Il n’y a que deux pieces et un lit. Je pourrais depanner en cas de coup dur, mais pas vous loger tous les huit. Non ! Je ne vois que la Campe… -La Campe ?
-C’est une sorte d’enclos desaffecte entre le Jardin des Plantes et le Marche aux Chevaux. Personne n’y vient jamais. Vous pourriez vous y installer. Si tu veux, je t’emmene voir. Sous le Marche aux Chevaux, il y a une ancienne galerie qui conduit a la Campe. Mais attention, c’est bas ! Par endroits, il faut presque ramper.
-Ne t’inquiete pas, j’en ai vu d’autres ! laissa tomber Fleur.