Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le vilain petit canard

Couverture du livre Le vilain petit canard

Auteur : Hans Christian Andersen

Illustrateur : Henri Galeron

Traducteur : Regis Boyer

Date de saisie : 27/05/2007

Genre : Jeunesse a partir de 3 ans

Editeur : Gallimard-Jeunesse, Paris, France

Collection : Folio benjamin. Je sais bien lire, n 133

Prix : 5.50 / 36.08 F

ISBN : 978-2-07-061357-1

GENCOD : 9782070613571

Sorti le : 27/04/2007

Acheter Le vilain petit canard chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les courtes lectures : Lu par Joachim Salinger – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Joachim Salinger – 07/06/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Une cane voit enfin le dernier de ses oeufs eclore. Mais ce petit ne ressemble en rien aux autres, et elle le trouve bien grand et bien laid…

Peut-etre le plus celebre des contes d’Andersen, somptueusement illustre.
Parce que la vie est dure… mais qu’elle peut reserver bien des surprises !

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Le lendemain, il faisait un temps merveilleux. Le soleil brillait sur toutes les oseilles vertes. La mere cane descendit aux douves avec toute sa famille : plouf ! elle sauta dans l’eau. Coin-coin ! dit-elle et les canetons se laisserent tomber l’un apres l’autre. Ils avaient de l’eau par-dessus la tete mais ils remonterent bientot et nagerent joliment. Leurs pattes fonctionnaient d’elles-memes et ils etaient tous la, meme le petit gris et laid nageait avec eux.
– Non, ce n’est pas un dindon ! dit-elle. Voyez comme il se sert bien de ses pattes, comme il se tient droit ! C’est un petit a moi ! Au fond, il est tres beau tout de meme, a bien le regarder ! Coin-coin !… Venez avec moi maintenant, je vais vous emmener dans le monde et vous presenter aux canards de la basse-cour, mais restez toujours pres de moi, que personne ne vous marche dessus, et prenez garde aux chats !
Et ils entrerent dans la basse-cour. Il y avait un vacarme effroyable, deux familles se battaient pour une tete d’anguille, ce fut le chat qui la prit, toutefois.