Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Lemmer, l’invisible

Auteur : Deon Meyer

Traducteur : Estelle Roudet

Date de saisie : 02/10/2008

Genre : Policiers

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Seuil policiers

Prix : 21.80 / 143.00 F

ISBN : 978-2-02-097760-9

GENCOD : 9782020977609

Sorti le : 02/10/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Yann Le Bohec de la librairie ESPACE CULTUREL LECLERC a GUINGAMP, France – 31/10/2008

Lemmer est ce qu’on appelle un invisible, un garde du corps discret mais efficace. Il est engage par une jeune femme qui a ete agressee apres avoir fait des recherches sur un homme qu’elle a vue a la tele et qui ressemble etrangement a son frere disparue il y a 12 ans. S’ensuit une enquete qui se finit de maniere tres violente et le conduira tres loin.

Impressionnant de maitrise. Le tout sur un fond de nature sauvage et meurtriere, le bush, le karoo, pour laquelle les hommes sont prets a tout.

  • Les presentations des editeurs : 16/10/2008

A la Body Armour, societe de protection des puissants, les gorilles sont charges u d’intimider les malfaiteurs – les invisibles, qui ne paient pas de mine, etant des gardes du corps bien plus redoutables. Invisible, Lemmer a fait quatre ans de taule pour meurtre et tente de refaire sa vie lorsqu’on lui confie une nouvelle mission : proteger la belle et frele Emma Le Roux, patronne d’un cabinet de consultants. Il va la voir et ecoute son histoire.
Elle lui dit avoir vu son frere a la tele. Il est soupconne d’avoir tue un sorcier et des braconniers dans la province de Mpumalanga et serait en fuite. Seul probleme : ce frere est cense etre mort depuis longtemps. Emma appelle la police et accepte l’idee qu’il s’agirait d’une erreur. Mais, deux jours plus tard, trois hommes essaient de la tuer. Lemmer, qui la prenait pour une folle, decide de l’aider dans son enquete. Qu’elle lui mente surement n’a plus d’importance : lui aussi veut savoir…

Auteur de Jusqu’au dernier, Les Soldats de l’aube, L’Ame du chasseur et Le Pic du diable, Deon Meyer est aujourd’hui traduit dans quatorze langues. Il vit au Cap.

  • La revue de presse Christine Ferniot – Telerama du 12 novembre 2008

Deon Meyer a choisi le polar pour raconter l’Afrique du Sud, ses tentatives de reconciliation post-apartheid, ses contradic-tions permanentes et inevitables. L’habilete de ses intrigues, la force de ses descriptions, sa passion sincere pour un pays dont il connait les fragilites en font un auteur de premier plan, mondialement celebre.

  • Les courts extraits de livres : 16/10/2008

J’abattais la masse a un rythme indolent. On etait jeudi, 25 decembre, juste apres midi. Le mur epais opposait une resistance tetue. Chaque coup sourd faisait voler des eclats de brique et de ciment qui retombaient sur le plancher comme une pluie de shrapnel. Je sentais la sueur degouliner sur mon visage et mon torse poussiereux. On se serait cru dans un four, malgre les fenetres ouvertes.
Entre deux coups de masse, j’entendis le telephone sonner. Je rechignai a m’interrompre. J’aurais du mal a retrouver la cadence par cette chaleur. Lentement, je posai le long manche et gagnai le salon, pietinant les debris de mes pieds nus. JEANETTE, annoncait le petit ecran du telephone. J’essuyai une main sale sur mon short et decrochai.
– Tiens donc.
– Joyeux Noel.
La voix rocailleuse de Jeanette Louw etait chargee d’une ironie incomprehensible. Comme toujours.
– Merci. Toi de meme.
– Il doit faire une bonne petite chaleur dans ton coin…
– Trente-huit a l’exterieur.
En hiver, elle aurait dit : On doit etre bien au frais dans ton coin, sans chercher a cacher qu’elle regrettait de me voir habiter a cet endroit.
– Loxton, reprit-elle, comme s’il s’agissait d’un impair. Tu n’as plus qu’a prendre ton mal en patience. Et qu’est-ce qu’on fait pour Noel par la-bas ?
– On abat le mur entre la cuisine et la salle de bains.