Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’Empire des larmes. Volume 2, Le sac du palais d’Ete

Auteur : Jose Freches

Date de saisie : 25/11/2006

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : XO, Paris, France

Prix : 20.90 / 137.10 F

ISBN : 978-2-84563-282-0

GENCOD : 9782845632820

Sorti le : 02/11/2006

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Sensualite, aventure et magie de la Chine sont au rendez-vous de cette extraordinaire saga. Une histoire d’amour, d’opium et de larmes…

Dans les pavillons, les jardins et les cours de la Cite Interdite une rumeur court : la Siberienne est revenue ! Et l’empereur Daoguang est retombe dans les filets de cette sublime etrangere, exactement comme il y a dix-huit ans…
Car la Siberienne est venue recuperer son fils, ne de sa liaison avec l’empereur, qu’on lui a arrache a sa naissance.
Cet enfant, c’est La Pierre de Lune et, parfaitement ignorant de son illustre origine et de la traque organisee pour le retrouver, il cherche desesperement Laura Clearstone, la jeune Anglaise dont il est fou amoureux.
S’il savait qu’elle a du s’embaucher dans une fumerie, ou elle sert des boulettes d’opium aux notables de Canton…
La Pierre de Lune, Laura, Jasmin Ethere, le prince Tang, Irina la Siberienne, John Bowles, Hong le Rebelle… ici va nous etre revelee leur merveilleuse histoire.
Trouveront-ils tous leur place et leur ame soeur, dans ce pays assiege par les Anglais et les Francais, malgre la fureur qui s’annonce et conduira inexorablement au saccage du magnifique palais d’Ete, joyau de la Chine imperiale ?

Jose Freches est notamment l’auteur du Disque de Jade et de L’Imperatrice de la soie qui ont conquis le public avec un million d’exemplaires vendus en France, et de il etait une fois la Chine (2005). Ecrivain autant qu’historien, il sait admirablement faire vivre l’histoire de la Chine ancienne a travers le roman.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Des qu’elle apercut, demultipliee par les miroirs ou elle avait si souvent – jadis ! – contemple sa beaute, la silhouette de son visiteur qui tanguait sur ses socques, la plus ancienne maitresse de l’empereur de Chine explosa :
– Toujours La, je compte sur vous pour faire quelque chose !
Cette abominable Siberienne est revenue, et l’on me dit que le Fils
du Ciel veut revoir l’enfant que cette diablesse lui a fabrique !
Des yeux fardes de Premiere Concubine Celeste jaillissaient des eclairs de colere. Elle avait ete superbe – c’etait obligatoire, pour atteindre le grade qui etait le sien -, mais la peau fripee de son visage l’obligeait desormais a user d’epaisses couches de maquillage. Malgre les soins prodigues par les estheticiennes affectees a l’entretien des pensionnaires du Gynecee Imperial, elle faisait plus que son age. Il faut dire que passer son temps a intriguer pour etre celle que l’empereur choisirait de venir visiter en s’arrangeant pour que ce fut en periode feconde, puis, une fois cette premiere bataille gagnee, se gaver de nourriture Yang et courir tous les magiciens et rebouteux de Pekin pour eviter a tout prix le malheur d’une fille, vous stressait a un tel point que vous vieillissiez plus vite que la normale…
– Je suis au courant, Premiere Celeste. Vous m’en voyez tout aussi accable que vous… gemit l’eunuque.
– J’espere en tout cas que le necessaire a ete fait pour que ce batard disparaisse a jamais ! lacha Premiere Concubine en frappant du poing avant de se lever puis de se diriger tant bien que mal vers la fenetre sur ses pieds en miettes qui tenaient dans de minuscules chaussures a la semelle brodee au fil d’or.
La vue de ce jardin a la francaise plante de buis tailles au cordeau et dessine un siecle plus tot par le pere jesuite Attiret, a laquelle elle avait droit depuis qu’elle avait atteint le plus haut grade de la hierarchie des courtisanes imperiales, etait bien la seule chose qui l’apaisait.
– J’ai fait ce que j’ai pu, malgre la defection du prince Tang… Souvenez-vous, o Premiere Celeste, c’est lui que nous avions charge de ladite besogne.
– Je sais. Eh bien, si ce diable de Tang a trahi, mort aux traitres ! Ah, il ne manquait plus que ca !