Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’encrier de vinyle

Auteur : Bruno Msika

Que s’est-il passé ce samedi 30 mars 2002 ? j’en sais foutre rien. Je suis entré dans le sous-marin décidé malin narquois et seul comme un lendemain de fête ; une anguille qui serait restée trop longtemps dans l’herbe et se souvient qu’elle est poisson et non serpent. C’est le moment de plonger tout est prêt là ; éparpillés les grains de poussière brillent dans le noir dans le gris, il n’y a plus qu’à les ramasser les trier les nettoyer ils dorment depuis si longtemps. Avant ce n’était pas le moment les tiroirs refusaient de s’ouvrir les mots faisaient la grimace. Demain il sera trop tard c’est maintenant oui c’est maintenant que les mots chantent ; les anciens et les récents les verts et les bleus les fluides et les tordus les fluets et les grenus. J’ai pris le temps de suivre les courbes oubliées et celles qui ne sont pas encore parfaites ; j’ai pris ce temps fébrilement j’ai disparu aux yeux du présent. Trois jours deux nuits et le premier avril l’encrier de vinyle est cristallisé mais pas encore nommé, un poisson mutant lové sur une pierre une anguille oui L’encrier de vinyle rassemble poèmes et dessins composés pendant une trentaine d’années.