Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’entree dans le monde

Auteur : Sylvie Gendreau

Illustrateur : Pierre Guite

Date de saisie : 13/04/2008

Genre : Essais litteraires

Editeur : CERA, Montreal, Canada

Collection : Propos et confidences

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-921788-13-7

GENCOD : 9782921788137

Sorti le : 22/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 08/05/2008

Je vous invite a la creation d’une communaute qui partage idees, desirs et actions. Une communaute ou nous prenons plaisir a travailler les uns avec les autres, les uns pour les autres, laissant ceux qui n’en ont pas le desir poursuivre leurs querelles et leurs guerres. Un monde parallele, virtuel et reel, une communaute de personnes creatrices qui ont simplement envie d’agir. Peu importe ou elles se trouvent. L’action, humblement et simplement.

L’AUTEUR
Ecrivain, conferenciere et ideatrice, Sylvie Gendreau a ecrit ce livre comme la concretisation du reve qui l’habite depuis l’enfance : la construction collective d’un monde plus humain et plus juste.

L’ILLUSTRATEUR
Artiste-peintre et photographe, Pierre Guite montre ici tout son talent d’illustrateur.

  • Les courts extraits de livres : 08/05/2008

Je voudrais que notre rencontre commence dans l’obscurite, question de mieux nous voir. Creer le noir comme si nous etions caches dans le fond d’un tiroir. Fermer les yeux pour imaginer la nuit.

Une facon comme une autre de faire le vide dans cette societe qui nous sature d’images televisuelles, vraies comme si on y etait, ou d’images de synthese pires que tout ce que nous aurions pu imaginer. La fiction nourrit l’imaginaire. La realite depasse la fiction.

Le noir donc. Pour tout effacer. Images et bruits. Quelques minutes seulement. Un peu de silence pour entendre battre nos coeurs et se souvenir que nous sommes encore humains et dotes de pouvoirs exceptionnels, dont cette faculte fondamentale de voir dans le noir.

Ou comme le disait l’ecrivain Italo Calvino : La vision nette les yeux fermes.

Les createurs disent qu’un concept apparait souvent comme un flash. C’est un processus a la fois subtil et tres clair. Comme une image qui emerge du noir et qui peut disparaitre presque aussi vite qu’elle est apparue.

Certains createurs ont toujours sur eux un petit carnet, prets a noter une bonne idee avant de l’oublier ou un dictaphone pour enregistrer la pensee furtive et volage qui risque de disparaitre aussi vite qu’elle est venue.
Si l’imagination aime emerger du noir, c’est donc a nous de fermer les yeux pour creer l’obscurite entre deux pensees, pour mieux saisir ce qui pourrait emerger de ce desert noir.

Vous l’aurez compris. J’essaie de vous entrainer sur mon territoire prefere, le territoire du reve eveille. Une excursion pour lacher prise. J’aimerais que vous acceptiez de perdre du temps afin que nous revions pour inventer demain.

Dans une demarche poetique, il faut souvent creer une rupture pour entreprendre une creation quelconque. Le noir, le vide, aident a creer cette rupture.

Puis, il nous faut une ouverture d’esprit pour nous preparer a mieux voir tout ce qui nous sera donne de voir depuis notre imaginaire.

Prenons l’exemple d’une flamme. Sa valse-hesitation eduque notre regard a apprivoiser les formes indefinies, a esquisser une vision particuliere. Pour ma part, j’aime le mouvement des flammes. Il me fait penser a mes desirs. Il va, il vient. Il se precise, redevient flou. Il oscille, tout comme nous, lorsque nous doutons.