Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’epee de verite. Volume 8, L’empire des vaincus

Auteur : Terry Goodkind

Traducteur : Jean-Claude Malle

Date de saisie : 20/09/2008

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : Bragelonne, Paris, France

Collection : Fantasy

Prix : 25.00 / 163.99 F

ISBN : 978-2-35294-215-3

GENCOD : 9782352942153

Sorti le : 20/09/2008

  • Les presentations des editeurs : 27/09/2008

Rejoints par de nouveaux allies dans leur lutte contre l’Ordre Imperial, Richard, Kahlan et Cara s’eloignent des Piliers de la Creation apres une dure bataille. Inspire par la revolution qui a tout change a Altur’Rang, le Sourcier de Verite a imagine un plan pour miner de l’interieur le pouvoir de jagang, l’homme qui reve de conquerir et d’ecraser le Nouveau Monde.
Sur le front du nord, la catastrophe se precise. Alors qu’Aydindril est tombee depuis longtemps, Zedd et Adie, uniques defenseurs de la Forteresse du Sorcier, sont prisonniers d’une Soeur de l’Obscurite decidee a leur arracher tous leurs secrets.
En chemin, Richard et ses compagnons rencontrent Owen, un voyageur solitaire qui cherche le seigneur Rahl pour lui demander d’aider un etrange empire a repousser l’Ordre Imperial.
Trop occupe pour faire un detour, Richard refuse net.
Mais le destin en decidera autrement.

Terry Goodkind est le nouveau prodige de la Fantasy americaine. Son cycle de L’Epee de Verite est un best-seller international vendu a plus de vingt millions d’exemplaires. Pour la premiere fois depuis Terry Brooks, un auteur a reussi l’exploit de rassembler tous les publics sous sa banniere. Traitrise, aventure, intrigue, amour, tous les ingredients sont reunis dans ce cycle pour en faire la plus grande fresque de Fantasy depuis Tolkien.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Claude Malle

  • Les courts extraits de livres : 27/09/2008

Tu savais qu’ils etaient la, n’est-ce pas ? souffla Kahlan en se penchant en avant. Dans le ciel a demi obscur, elle distinguait encore les silhouettes de trois coureurs a plumes a pointe noire qui venaient de prendre leur envol. Les oiseaux commencaient leur chasse nocturne. Voila pourquoi Richard s’etait arrete, sondant le ciel pendant que les autres attendaient dans un silence angoisse.
– Oui, repondit le Sourcier. (Il tendit un bras derriere son epaule sans prendre la peine de tourner la tete.) Il y en a deux autres par la…
Kahlan plissa en vain les yeux pour mieux voir entre les rochers obscurs.
Saisissant le pommeau de son epee entre le pouce et l’index, Richard souleva l’arme pour s’assurer qu’elle coulissait bien dans son fourreau. Alors qu’il laissait retomber la lame, un dernier rayon de soleil vint jouer sur sa cape doree.
A la lumiere du crepuscule, la puissante silhouette du Sourcier evoquait irresistiblement celle d’un fantome compose d’ombre et de mystere.
Deux nouveaux oiseaux geants passerent au-dessus de l’Inquisitrice et de son compagnon. Le plus grand, les ailes deployees au maximum, lacha un cri percant et decrivit un cercle au-dessus des voyageurs immobiles. Puis il reprit son vol vers l’ouest, a la suite de ses camarades.
Cette nuit, les predateurs feraient un festin.
Kahlan supposa que Richard, tout en regardant les oiseaux, pensait au demi-frere dont il avait ignore l’existence jusqu’a tres recemment.