Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les 3 secrets

Couverture du livre Les 3 secrets

Auteur : Olivier Jacquemond

Date de saisie : 20/06/2008

Genre : Litterature Etudes et theories

Editeur : Sens & Tonka, Paris, France

Collection : 10/vingt. Calepin, n 16

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-84534-153-1

GENCOD : 9782845341531

Sorti le : 20/06/2008

  • Les presentations des editeurs : 22/07/2008

Le secret exerce sur nous de la fascination. Nous tombons facilement sous son charme, et nous nous laissons finalement asservir par lui car le secret exclut celui qui n’est pas en sa possession. Loin d’etre une modalite comme une autre de la domination, le secret en est une des conditions. En nous repetant que le secret n’est jamais que ce que l’on savait deja, Olivier Jacquemond cherche a nous liberer de ce charme.

Cet ouvrage reprend les deux premiers “Secrets”, “En memoire d’Edgar Allan Poe” et “En hommage a Guy Debord”, auxquels s’ajoute, en conclusion, le troisieme “Secret”, “A la rencontre du loup des steppes de Hermann Hesse”.

Ne en 1980, Olivier Jacquemond enseigne actuellement la culture generale au sein du pole universitaire Leonard de Vinci. Membre du Centre de Sociologie et des Pratiques et des Representations politiques (Universite Paris VII), il vient de terminer ses recherches doctorales debutees a Columbia University (New York) sur le theme de l’amitie dans la pensee philosophique et la litterature. Il est par ailleurs l’auteur d’un roman, Acrylique, publie chez Sens & Tonka, et de plusieurs ouvrages de poesie, dont Tambour-Averse, editions Le Regard du texte (2007).

  • Les courts extraits de livres : 22/07/2008

Extrait de l’introduction :

Le projet des 3 secrets est parti de l’intuition qu’a l’origine de toutes les demarches de connaissance (quelles soient scientifiques ou philosophiques), il y a un dogme plus puissant que celui de la Verite qui est celui du Secret. Il y a chez ceux qui sont animes par cette recherche de la Verite, un violent desir de devoiler un Secret qui nous echappe. Seulement, ce grand dessein nous semble aussi vain que dangereux.
Vain, parce qu’a chaque fois qu’un Secret est devoile un nouveau lui succede. Le Secret ne cesse de se reproduire, a croire que le Secret n’a d’autre maitre que lui-meme. Partout ou la lumiere est faite, le secret renait ailleurs. La Verite ne fait que chasser le Secret un peu plus loin et ne leve qu’un coin du voile sur lui. Elle ne le dissipe pas, elle en conforte l’autorite, le prestige naturels.
Dangereux, parce que le Secret exerce une etrange fascination, laquelle nous maintient dans les chaines de la domination. Nous nous laissons seduire par le charme du Secret, et nous nous laissons finalement asservir par sa puissance d’exclusion. Car le Secret exclut celui qui n’est pas en sa possession. Le Secret nous empeche.
Loin d’etre un mode de domination comme un autre, le Secret est sa forme la plus achevee. Plus que le monopole de la violence legitime, elle entretient le mythe de l’Etat (les secrets d’Etat), son emprise sur nous. Qu’est-ce qui consolide l’autorite, le pouvoir, l’Etat, sinon le secret applique ? On domine moins par la force que par le charme. C’est une des lecons de Les 3 Secrets.
Cette recherche sur le Secret nous a permis de nous libera de la Verite – des contraintes qu’elle fait peser. La Verite est largement subordonnee au Secret : si l’on souhaite connaitre la Verite sur l’affaire J. F. Kennedy, on demandera a ce que les dossiers secrets defenses soient ouverts au public, comme si le Secret contenait en dernier lieu la Verite. Aussi en avons-nous deduit l’existence d’un Secret premier et d’une Verite seconde, d’ou le postulat d’un secret fondamental et non d’une verite premiere, d’un Secret qui echapperait toujours a la Verite et qui la recouvrerait.