Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les aventures de Minette Accentievitch : court roman de chevalerie

Auteur : Vladan Matijevic

Traducteur : Gabriel Iaculli | Gojko Lukic

Date de saisie : 15/05/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Points, Paris, France

Collection : Points, n 1947

Prix : 5.50 €

ISBN : 978-2-7578-0832-0

GENCOD : 9782757808320

Sorti le : 15/05/2008

  • Les presentations des editeurs : 22/06/2008

Minette Accentievitch n’a que faire du qu’en-dira-t-on. Il se pourrait meme qu’elle tire une certaine fierte de sa reputation sulfureuse. C’est donc avec une joie non feinte qu’elle s’applique, chaque jour, a rassasier ses hormones miraculeuses et sa libido demesuree. Rien de plus facile : tous les hommes font l’affaire (excepte, bien entendu, les sportifs et les chefs d’orchestre)…

Quand son regard s’allume et lance des etincelles, tout qui brule prend feu, et meme ce qui n’a jamais brule.

Ne en 1962 en Serbie, Vladan Matijevic dirige le service editorial du musee Nadezda Petrovic. Il est l’auteur de recueils de nouvelles, de poemes ainsi que de romans, et laureat de plusieurs prix litteraires en Serbie.

Un ouvrage hors norme, insense de drolerie et de reflexions brillantes sur la vie, l’amour, l’orgasme.

Marie Claire

Traduit du serbe par Gojko Lukic et Gabriel Iaculli

  • Les courts extraits de livres : 22/06/2008

Il y a des nuits tout simplement inoubliables

Sur le panneau de bois etait ecrit : maison a vendre. En lettres blanches. Nous avions hate de nous y cacher. Ses jambes etaient plus longues que les miennes, j’avais de la peine a rester en tete et a eviter qu’elle ne me marche dessus. Ma petite biquette, avais-je envie de lui dire, je m’en souviens. Or la nuit en etait encore a envier le noir de ses cheveux a ce moment-la.

Sur le panneau de bois etait ecrit : maison a vendre. En lettres blanches. Je n’hesiterais pas maintenant a boire de la pisse de blaireau si cela me permettait de lui dire ce que j’avais tu alors. Mais laissons tomber. Je serrais les bouteilles de biere sur ma poitrine, qui etait un vrai glacier, mais ce qui m’inquietait bien plus qu’une pneumonie c’etait que le sac en papier ne se dechire. Voila comment j’etais. Un vrai trou du cul !

Sur le panneau de bois etait ecrit : maison a vendre. En lettres blanches. Je me suis retourne pour m’assurer que personne ne nous voyait.