Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les aventures extraordinaires d’Arsene Lupin. Volume 2

Auteur : Maurice Leblanc

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Policiers

Editeur : Omnibus, Paris, France

Collection : Omnibus

Prix : 23.00 / 150.87 F

ISBN : 978-2-258-06700-4

GENCOD : 9782258067004

Acheter Les aventures extraordinaires d’Arsene Lupin. Volume 2 chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Le seul nom d’Arsene Lupin a un parfum d’aventure : il evoque des enigmes, des secrets enfouis et des cachettes mysterieuses, des machinations, des courses-poursuites et des coups de theatre. Heros desinvolte et raffine, cambrioleur mais gentleman, hors-la-loi autant que justicier, Arsene Lupin, en passionnant des generations de lecteurs par sa verve et ses exploits, figure en bonne place au pantheon de la litterature populaire.

  • La revue de presse Fabrice Pliskin – Le Nouvel Observateur

Pauvre Lupin. Qui saura redorer son image ? Il fut venere par les midinettes, l’Action francaise et Brasillach. Mais l’avant-garde surrealiste lui preferait Fantomas, ce Maldoror en cagoule d’inquisiteur,… Pourquoi tant de disparite dans la faveur entre Lupin et Fantomas ?… Pourquoi tant d’iniquite ? Pourquoi Beaubourg a-t-il celebre Fantomas en 2002 et boudera Lupin ? Parce que l’un tue et l’autre pas. Plus proche des farces de Gil Blas que des hecatombes de Sade, Arsene Lupin n’est qu’un voleur. Cet esprit classique prefere a l’hyperbole du meurtre la litote du cambriolage. Pouah ! La creature de Maurice Leblanc n’a pas de sang sur les mains. Paradoxalement, c’est presque un crime, selon les criteres germanopratins et alterbourgeois. Nulle Fred Vargas, c’est sur, ne leverait le petit doigt pour s’opposer a son extradition. Il faut dire que monsieur collectionne les fautes de gout contre-revolutionnaires… Lupin, cree en 1905, entre la defaite de 1870 et la guerre de 1914, est aussi, mon Dieu, eloignez les enfants, un patriote… Bon. On n’ose a peine parler de ses gouts en art, des gouts de PDG beotien de l’industrie du luxe a faire se pamer les bobos en rollers. Plus emoustille par les Venus grecques que par les plumes d’autruche de Josephine Baker, Lupin ignore les artistes de son temps. Picasso ? Connais pas. Ce conservateur-la ne vole que des Rubens et des Tintoret. Mauvais client pour les simulacres de la deconstruction, notre heros, malgre ses mille masques, croit dur comme fer a la notion de vrai. Arsene lupin, gentleman-cambrioleur, reviendra quand les meubles seront authentiques, lit-on sur la carte qu’il depose chez le baron Schormann…