Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les batisseurs de l’Empire

Couverture du livre Les batisseurs de l'Empire

Auteur : Thomas Kelly

Traducteur : Pierre Bondil

Date de saisie : 07/11/2007

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 23.00 €

ISBN : 978-2-7436-1732-5

GENCOD : 9782743617325

Sorti le : 07/11/2007

  • Le choix des libraires : Choix de Christophe Dupuis de la librairie ENTRE-DEUX-NOIRS a LANGON, France (visiter son site) – 14/07/2012

Celui-la, disent-ils, defiera le temps
Celui-la, c’est l’Empire State Building, le plus haut gratte-ciel du monde, dont la construction – le Chantier avec un grand C – commence en 1930. Un chantier ou travaille Michael Briody le roi du rivet, immigre irlandais, qui oscille entre l’idee de faire son trou en Amerique et celle de soutenir la cause republicaine, ce qu’il fait toujours la nuit, en convoyant des armes ou par d’autres missions. Un chantier prestige pour Jimmy Walker, le maire de New York, qui travaille a sa reelection et qui – meme si ce n’est pas le genre a en croquer beaucoup – ne voudrait pas voir diverses casseroles faire l’actualite. Et pour ca il compte sur Jimmy Farrell, Farrell qui controle tout a New York, que personne ne veut se mettre a dos, Farrell qui s’est fait sa propre loi Personne ne peut nous faire du mal dans cette ville. Farrell qui entretient la grande machine corruptrice, qui entretient aussi Grace Masterson, artiste peintre qui, voulant peindre l’Empire State Building, va croiser Michael Briody…
De maniere magistrale, Thomas Kelly croise dans son roman les grands themes du roman noir : politique corruption et… amour impossible. Placant originalement son histoire lors de la construction de l’Empire State Building (qui est exemplaire au niveau de l’histoire des syndicats comme il l’avait confie a son traducteur, Pierre Bondil, dans la revue 813) il passe au crible la fierte des hommes qui l’ont construit et decortique de maniere admirable les liens entre la politique et la pegre en se placant a tous les niveaux. Apres cette trilogie de batisseurs et de syndicalistes (si ce n’est deja fait, lisez Le ventre de New York et Rackets chez le meme editeur) on se demande ou l’auteur nous emmenera la prochaine fois.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

New York, 1930. Comme un pied de nez a la Grande Depression, commence l’edification du plus haut gratte-ciel du monde, l’Empire State Building. Sur ce chantier colossal se pressent des milliers de vies minuscules, simples pions entre les mains des politiques et des puissances d’argent.
Michael Briody, immigre irlandais dechire entre son desir de refaire sa vie dans ce pays neuf et son devoir d’amasser armes et argent pour la cause republicaine dans sa patrie, s’echine sur le monstre d’acier. Il n’echappe pas longtemps a la mafia irlandaise, par laquelle il rencontre Grace, qui vit de ses talents de peintre dans une petite maison flottante.
Briody s’en eprend, mais elle entretient une liaison avec un homme redoutable : Johnny Farrell, l’homme du maire de New York, son relais aupres de la douteuse machine du parti democrate. Plus l’Empire State s’eleve vers le ciel, plus Briody prend conscience que ses fondations reposent sur un bourbier d’argent sale…
Apres Le ventre de New York puis Rackets, Thomas Kelly poursuit sa chronique de la ville du roman noir par excellence : demesure, deshumanisation, violence et corruption caracterisent l’histoire de cette metropole ou pegre et politique ont souvent regne cote a cote. Fascine par les grands chantiers de construction, Kelly nous fait partager cette aventure humaine dans un roman foisonnant, erudit, emouvant, palpitant.

Le ventre de New York palpite a chaque ligne, a chaque page. Noir et poetique, il s’incruste durablement dans les memoires.
A. Fillon, Madame Figaro

Thomas Kelly nous offre une fresque impeccablement construite, brutale et efficace, profondement humaine.
C. Gomariz, Paris Match (a propos de Rackets)