Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les derniers jours de Gerardo Varcel

Auteur : Olivier Nordon

“Comme la plupart des gens qui font plus attention à eux-mêmes qu’aux autres, Gerardo Varcel n’était pas très physionomiste. Lorsque, le jeudi précédent, il avait lui-même signé la lettre de licenciement de Roberto Mendía, c’est le visage d’un autre qu’il avait en tête.

Faut-il être distrait.

Subitement, Varcel saisit sa méprise : cet homme inconsolable qui l’empêchait de lire tranquillement son journal, était Roberto Mendía, le responsable informatique du Service Production. Varcel l’avait toujours confondu avec Alberto Mendez, patron du Service Après-Vente.

Roberto Mendía, Alberto Mendez : on n’a pas idée d’embaucher deux personnes avec le même nom, ou presque.

Quand on était venu lui demander la tête de Roberto Mendía, Varcel avait pensé à Mendez et s’était empressé d’accepter : Alberto Mendez était un proche de son adjoint détesté. Une trop belle occasion.

Forcément, il avait dû être surpris, Roberto.”