Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les dessous de la presse people

Auteur : Michel Brice

Date de saisie : 21/07/2008

Genre : Policiers

Editeur : Vauvenargues, Paris, France

Collection : Brigade mondaine, n 288

Prix : 6.00 / 39.36 F

ISBN : 978-2-7443-1452-0

GENCOD : 9782744314520

Sorti le : 07/05/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

– Ca y est ? Votre semaine est finie ? demanda la jolie maquettiste. Traditionnellement, au magazine Pipole, les rewriters travaillaient tous a temps partiel. Gaetan Ducharme, lui, purgeait sa peine (comme il disait), les lundis et mardis, jours les plus charges en travail.
– Je ne vous revois plus que lundi, donc ? insista gentiment Sandrine, avec un petit sourire.
Au fond, elle aimait bien Gaetan Ducharme, en depit de ses plans drague parfois un peu lourdingues. Et puis, elle connaissait son secret, il le lui avait revele lui-meme, un soir ou l’alcool l’avait rendu sentimental. Et personne d’autre qu’elle ne savait, dans toute la redaction, il le lui avait assure en lui faisant promettre d’observer le silence le plus absolu. Elle avait jure.
– Allez savoir… on se reverra peut-etre plus tot que vous ne le pensez… repondit finalement Ducharme d’une voix changee, en la fixant dans les yeux, avec un regard un peu etrange.

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

– Andre, qui est-ce qui va me faire les legendes de la page Britney Spears avec la touffe a l’air ? demanda Sandrine Kessler, en ecartant son fauteuil a roulettes du bureau qu’on lui avait attribue provisoirement, juste a l’entree de la grande salle de la maquette.
Andre Deurault, le D.A. (directeur artistique), profita du mouvement de sa jeune stagiaire blonde pour jeter un coup d’oeil furtif sur ses cuisses menues et dorees, largement devoilees par une jupe en jean, un peu trop courte pour la bienseance mais parfaite selon ses gout personnels.
– Je crois que c’est Gaetan qui s’en occupe, a cote… repondit-il en detournant a regret ses regards de la silhouette mince qui quittait la piece.
La maquette, c’est la que travaillait Sandrine Kessler, 22 ans, stagiaire a Pipole depuis trois mois -magazine qui, comme son nom l’indiquait, s’interessait uniquement aux ephemeres vedettes du showbiz et de la tele. Voire de la politique lorsque, par hasard, il prenait fantaisie a un president de la Republique d’epouser un top model reconverti dans la chansonnette…
Sandrine Kessler se sentait sur un petit nuage. Le matin meme, elle avait appris, de la bouche d’Andre Deurault, que son stage de trois mois etait prolonge d’autant, et qu’il y avait de bonnes chances pour que, ensuite, il mute en un CDI, un contrat a duree indeterminee, autrement dit en le reve absolu de tout stagiaire moderne.
Elle poussa la porte du bureau voisin de la maquette, beaucoup plus petit. C’etait celui du rewriting, ou la plupart des articles des reporters etaient en quelque sorte passes a la moulinette multi-fonctions : orthographique, grammaticale et syntactique…
C’est egalement les rewriters qui devaient se creuser le chou pour tenter de trouver des legendes supposement droles, voire des bulles, comme dans les bandes dessinees, destinees a faire parler les stars, ou pretendues telles, faisant l’objet des cliches en question.
Lorsque Sandrine Kessler entra au rewriting, il ne s’y trouvait que deux personnes. D’abord une jeune femme brune, juste en face de la porte, Dominique, occupee a chuchoter dans le combine de son telephone. Puis, a droite, tournant le dos a la salle de la maquette et plongee dans la lecture du Figaro du jour, une silhouette massive, ventrue et voutee, immobile, surmontee d’une tete de commis boucher, a la peau craterisee par une ancienne acne.