Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les etoiles de Tupsar

Auteur : Armand Herscovici

Date de saisie : 13/03/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Ed. du Panama, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-7557-0098-5

GENCOD : 9782755700985

Sorti le : 13/03/2008

  • Les presentations des editeurs : 18/03/2008

Les Etoiles de Tupsar, l’ultime volet de la grande epopee Mesopotamia.

600 av. J.-C., Borsippa, deuxieme ville du royaume de Babylonie, sous le regne de Nabuchodonosor II, un jeune garcon prenomme Tupsar decide, le jour de ses sept ans, de sa vocation : il sera astrologue… Quelques annees plus tard, il decouvre dans l’heritage paternel une mysterieuse tablette, qui fait mention d’un oeuf d’obsidienne, point de depart d’une nouvelle quete initiatique et objet de convoitises terribles, jusqu’a Nabuchodonosor lui-meme.

Jalousies a l’ombre des ziggourats, intrigues autour du grand roi, amour et aventures au temps de la splendeur de Babylone… Et toujours la pierre d’obsidienne, qui n’a pas fini de reapparaitre pour mieux inflechir le destin des enfants de Ninmah.

Armand Herscovici est l’auteur d’ouvrages historiques, parus aux Editions du Seuil et Pygmalion. Il acheve ici sa grande saga mesopotamienne commencee avec La Legende de Ninmah (Seuil, 2004, et Pocket, 2006) et Le Secret de Razin (Panama, 2006, et Pocket, 2007).

  • Les courts extraits de livres : 18/03/2008

VOCATION

En ce jour, qui se situait 600 ans av. J.-C., Tupsar atteignit ses sept ans. Cela se passait a Borsippa, deuxieme ville du royaume de Babylonie apres Babylone. Il s’en souviendrait toute sa vie.
Pour feter cet anniversaire, Saran, son pere, l’emmena sur son lieu de travail : la grande ziggourat de Borsippa, E-Ur-Imin-An-Ki, la maison des sept guides du Ciel et de la Terre. C’etait la premiere fois qu’ils sortaient tous les deux sans autre compagnie.
La ziggourat se situait dans le sanctuaire de l’Ezida, un ensemble monumental edifie sur une elevation, au centre de la ville. Outre la ziggourat, il comprenait un temple, plusieurs cours, des chapelles secondaires, des ateliers et des magasins. Nabu, Seigneur de Borsippa, dieu de l’Ecriture et patron des scribes, residait dans l’Ezida.
Apres une marche breve dans les rues, ils parvinrent au sanctuaire. Le complexe religieux etait en refection depuis plusieurs annees et les travaux se poursuivaient. Le pere tenait son fils par la main ; il lui souriait de temps a autre.
– Pourquoi les reparations durent si longtemps ? demanda le gamin en levant les yeux vers Saran.
– C’est une longue histoire, mon fils.
– Alors, ce serait mieux de commencer tout de suite !
Saran avait moins d’humour que le jeune garcon. Il se demanda si le gosse se moquait de lui, puis il n’y pensa plus. Il prit plaisir a lui raconter les evenements :
– Il n’y a pas si longtemps, environ soixante ans, notre pays la Babylonie etait une simple province d’un empire immense qui s’appelait l’Assyrie. Il s’etendait du golfe Persique jusqu’aux hauts plateaux du Zagros et a la mer Mediterranee. Son roi, Assurbanipal, etait un guerrier feroce et ambitieux. Pour etre tranquille, il avait nomme son frere Samas-sum-ukin souverain de la province de Babylonie et il le maintenait sous tutelle.
– Qu’est-ce que ca veut dire, sous tutelle ?
– Cela signifie que meme si son frere regnait sur la Babylonie, Assurbanipal decidait de tout ce qui concernait ce pays.
– C’est pas juste.
– Non, ca ne l’est pas. Voila pourquoi Samas-sum-ukin se revolta. Alors, Assurbanipal envoya ses armees pour le soumettre. Comme Babylone, Borsippa fut assiegee pendant deux ans. Helas, elle dut se rendre. Le terrible Assurbanipal ordonna un pillage sauvage. C’est ainsi que l’Ezida subit de tres importants degats.
Cet Assurbanipal devait etre un demon, se dit Tupsar.
– Et maintenant, il est ou, ce sauvage ?
– Tout cela est du passe, Tupsar. Assurbanipal est mort il y a environ trente ans. Grace aux dieux, apres trois siecles de domination absolue, l’Assyrie n’est plus que ruines. Nabopolassar, le pere de Nabuchodonosor notre bien-aime roi actuel, l’a glorieusement ecrasee il y a un peu plus d’une vingtaine d’annees. Il y a eu une guerre terrible et nous l’avons gagnee. Maintenant, la Babylonie est un empire aussi vaste et puissant que l’etait l’Assyrie.
C’etait une description simplifiee mais exacte de la situation. L’heure de gloire de Babylone etait venue. Aucune ville n’avait jamais atteint une telle magnificence, une telle splendeur. Nabuchodonosor II, roi de Babylonie depuis quatre ans, poursuivait et amplifiait les immenses travaux de construction et de renovation que son pere Nabopolassar avait entrepris dans tout le pays. Babylone etait le chantier le plus important, mais toute la Babylonie en profitait, notamment Borsippa qui constituait un centre religieux de premier plan. L’Ezida faisait partie de ces grands programmes, ainsi que d’autres temples et les murailles de la ville. Et bien sur, il y avait la ziggourat.
Le pere et le fils franchirent la porte sacree de l’Ezida. Elle donnait acces a deux terrasses successives qui precedaient la cour carree ou la ziggourat s’elevait. Ils les traverserent et s’arreterent pour admirer la tour. Tupsar leva les yeux, ouvrit la bouche et n’eut qu’un seul mot :
– Oooooooh… !