Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les fortunes de la viande

Auteur : Martine Wijckaert

À l’observation d’un certain type d’individus alliant signes ostentatoires de richesse et vulgarité inculte absolue, s’élève un oratorio à quatre voix, celles du boucher-charcutier, de la femme du bouchercharcutier, du confesseur de la femme du boucher-charcutier, celle de Diane chasseresse. Chacun des personnages porte métaphoriquement l’organe qui le spécifie : le coeur, le poumon et le cerveau deviennent alors les emblèmes carnés d’une métaphysique de l’espèce humaine, que des intoxications diverses ont dégradée, nécessitant la réinvention d’une nouvelle mythologie.
Les Fortunes de la viande sont entendues comme une mise à mort de l’espèce et de ses représentations où la disparition de la conscience permet l’apparition de Diane et le resurgissement du monde sauvage.