Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les gardiens du silence

Auteur : Claudie Cachard

Date de saisie : 22/07/2006

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Des femmes-Antoinette Fouque, Paris, France

Collection : La psychanalyste

Prix : 20.00 / 131.19 F

ISBN : 978-2-7210-0535-9

GENCOD : 9782721005359

  • Les presentations des editeurs : 22/07/2006

La double appartenance, la double culture, le bilinguisme marquent de leur empreinte les interets, les formes de pensee et d’expression de Claudie Cachard. Elle tente ici de concilier une France de naissance et une Hongrie des origines, et de conjuguer en echo les specificites et les raisons de la reflexion psychanalytique avec les “folies privees ” qui parcourent les terres d’exclusion.

Claudie Cachard a publie son premier livre, l’Autre histoire, aux Editions Des femmes-Antoinette Fouque (1986). Psychiatre et psychanalyste, elle est egalement l’auteure des Deraisons de vivre (Calmann-Levy, 1995), de Etrangetes radicales et folies ordinaires (Fres, 1998), et de Mais la folie demeure (Editions du Rocher, 2003).

  • Les courts extraits de livres : 22/07/2006

Du fin fond d’un Oural altaique ou de plus loin encore, langue obscure apportee au galop des confins de l’Asie par des hordes de cavaliers devastateurs…

Lunique poursuit des histoires folles, s’y complait, ne peut s’en passer. Sinon, c’est la mort qui deferlerait, au galop, elle aussi.

Ou se tient Lunique ? Hors de toute patrie matrie. Autant vous dire, au cas ou vous en douteriez encore, que Lunique se complait en terres de folies. Pas seulement celles parmi les plus lourdes et evidentes, revelees par la psychiatrie et a des malades reservees. Mais celles qui peuplent des terres lointaines auxquelles la psychanalyse peut donner acces, parfois, souvent, quand elle entraine vers les parts les plus reservees de soi et de l’autre.

Lunique est seul. Absolument.

L’homme et la femme, l’amour et la haine, les sexes et la creation, la naissance et la mort, le temps des vies, Lunique n’a rien a voir avec tout cela, rien a en faire, consacre qu’il est a s’aveugler et a s’immobiliser, poursuivant les rites secrets et solitaires ou s’entretiennent, indefiniment, les inseparations et les ruptures qui font les vies l’une a l’autre melees ou l’une de l’autre brisees.

Lunique secrete, sans se lasser, des illusions qui contrebalancent ce que nous savons, toujours mieux et toujours moins.

Lunique, c’est vous, c’est moi. Mais alors combien sommes-nous ? Plusieurs milliards, il me semble. Vous, moi, le commun des mortels, quoi.