Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les jours s’en vont comme des chevaux sauvages dans les collines : poemes

Auteur : Charles Bukowski

Traducteur : Thierry Beauchamp

Date de saisie : 07/02/2008

Genre : Poesie

Editeur : Rocher, Monaco, France

Collection : Litterature

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-268-06428-4

GENCOD : 9782268064284

Sorti le : 07/02/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Mathieu Bleuzet de la librairie FURET DU NORD a LILLE, France (visiter son site) – 14/07/2012

Les Jours s’en vont comme des chevaux sauvages dans les collines est le nouveau recueil de poemes du roi du drink & write, j’ai nomme le grand Bukowski. Il nous livre ici sa propre Comedie Humaine, sorte de plongee dans les coulisses de la societe americaine, des putes, des poivrots et des criminels a la petite semaine. C’est puissant, hautement image, et chaque mot fait mouche dans ce que beaucoup de gens considerent comme son meilleur recueil de poemes. Quand on ferme ce livre, on n’a qu’une idee en tete, se verser un double bourbon et se griller une cigarette. Pas politiquement correcte la poesie de Bukowski ? Non, pas du tout, et c’est tant mieux comme ca.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Publie en 1969, Les jours s’en vont comme des chevaux sauvages dans les collines est considere par nombre d’amateurs de Bukowski comme son meilleur recueil de poesie, et meme l’un de ses meilleurs livres.
Hantes par la figure de Jane Cooney Baker, sa premiere compagne decedee en 1962, ces poemes se penchent aussi dans un style poignant et incisif sur le sort des laisses-pour-compte de la societe – losers, marginaux, clochards, prisonniers. Qu’il evoque une journee aux courses, un chat ecrase ou une prostituee, Bukowski se livre a coeur ouvert, avec cette voix tour a tour prosaique et lyrique, minimaliste et percutante a la fois, qui fit de lui un des grands poetes de son temps.

Figure majeure de la litterature americaine de la seconde moitie du XXe siecle, Charles Bukowski (1920-1994) est l’auteur de cinq romans et de plusieurs recueils de chroniques et de nouvelles (dont le Journal d’un vieux degueulasse et les Contes de la folie ordinaire). Si ces livres sulfureux firent sa celebrite, Bukowski se definissait lui-meme avant tout comme un poete, qui publia de 1960 a sa mort une quarantaine de recueils dont certains, comme L’amour est un chien de l’enfer, ont connu un succes international.