Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les matins de Jenine

Auteur : Susan Abulhawa

Traducteur : Michele Valencia

Date de saisie : 06/03/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Buchet Chastel, Paris, France

Collection : Litterature etrangere

Prix : 23.00 €

ISBN : 978-2-283-02284-9

GENCOD : 9782283022849

Sorti le : 06/03/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Michel Lanore de la librairie LA BOITE A LETTRES a ASNIERES-SUR-SEINE, France (visiter son site) – 14/07/2012

Depassant le temoignage et malgre une situation tragique composee de cruaute, de violence et de haine, Susan Albulhawa transcende l’histoire d’une famille palestinienne de 1941 a 2002 en moment intense et poignant avec son roman “Les matins de Jenine”. L’ecriture est imagee, poetique d’une grande fluidite qui n’est pas sans rappeler celle des milles et une nuit.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Les Matins de Jenine est ne du conflit politique le plus inextricable du siecle.
En 1948, l’annee de la naissance d’Israel, la famille d’Hassan et de Dalia, Palestiniens soudes a la terre de leurs ancetres dans le village d’Ein Hod, vit au rythme des recoltes d’olives. Mais leur destin bascule le jour ou Ismail, leur petit second, est enleve par Moshe et Jolanta, un couple d’Israeliens en mal d’enfants. Rebaptise David, Ismail est eleve dans l’ignorance de ses veritables origines et dans la haine des Arabes.
Le restant de sa famille, depossede et chasse de ses terres, est dirige vers les tentes fragiles et vulnerables des camps refugies. Quand et comment Ismail pourra-t-il retrouver les siens, son frere Youssef, nourri par la haine issue de l’injustice et de la misere, puis tente par la folie du terrorisme ? Et sa soeur Amal, qui, etablie aux Etats-Unis et vivant le ” reve americain “, reste toujours hantee par l’amour de parents trop tot disparus et le regret d’avoir fui sa Palestine.
Tire de la longue page d’histoire des relations israelo-arabes, ce bouleversant roman sur trois generations d’une famille palestinienne eclaire d’une lumiere intimiste mais impitoyable deux peuples prisonniers d’une spirale infernale en attente d’aubes qui chantent…