Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les mensonges du Sewol (édition conjointe François Blocquaux)

Auteur : Takhwan Kim

Corée du Sud, 16 avril 2014, le Sewol sombre au large de la côte sud-ouest. 304 personnes trouvent la mort dans ce naufrage, pour la plupart des adolescents en excursion scolaire.
Énorme scandale qui met en lumière des carences multiples aussi bien dans la gestion de la compagnie privée qui gère le navire que dans l’organisation des secours. Park Geun-hye, alors présidente, est violemment critiquée. Ce drame et ses suites compteront parmi les causes de sa destitution.
Le narrateur est un plongeur professionnel qui a accepté d’aller rechercher les corps des victimes piégées dans leurs cabines. Le récit prend la forme d’une supplique adressée à un juge dans le but de disculper un de ses collègues, accusé d’homicide involontaire. Il évoque la difficile remontée des cadavres, les graves traumatismes dont souffrent les plongeurs et dénonce l’incurie avec laquelle ont été lancées et menées les opérations, ainsi que les injustices et les incompréhensions qui frappent ceux qui se sont dévoués corps et âme pour que les familles récupèrent les corps de leurs disparus. Avec le récit du plongeur, en plusieurs épisodes, alternent une vingtaine d’interviews ou de témoignages de parents en deuil, de rescapés ou de journalistes. L’auteur ne donne aucune indication sur le nom du bateau, ni sur le lieu exact du naufrage, ni sur les véritables noms des protagonistes, voulant donner à son récit une portée universelle.
En postface, l’auteur indique que le plongeur qui lui a servi de modèle est décédé. L’enquête qui a suivi le décès a conclu à un suicide.