Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les nouvelles enquetes du juge Ti. Panique sur la Grande Muraille

Auteur : Frederic Lenormand

Date de saisie : 11/07/2008

Genre : Policiers

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Policiers Fayard

Prix : 16.00 / 104.95 F

ISBN : 978-2-213-63725-9

GENCOD : 9782213637259

Sorti le : 04/06/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Il y a un trou dans la Grande Muraille, Ce monument fabuleux est un cauchemar pour le juge Ti. C’est lui que la cour des Tang envoie superviser les travaux de restauration, a l’extremite ouest de l’empire, face aux plaines dominees par les Turcs. Quand ceux-ci profitent de la breche pour penetrer en territoire chinois, c’est encore lui qui doit proteger la population assiegee. Tiraille entre les architectes, les troupes chinoises incontrolables et les feroces guerriers aux longs nez, il doit aussi debusquer l’assassin retors qui elimine un a un les notables de sa ville. Pour maintenir l’ordre du Ciel, notre brillant mandarin ne peut d compter que sur ses fideles lieutenants, sa chere epouse madame Premiere, et, bien sur, sa legendaire sagacite.
A l’aide d’une documentation meticuleuse, Frederic Lenormand fait revivre pour ses lecteurs la Chine du Vile siecle, cette glorieuse civilisation des Tang qui marqua l’apogee de l’Empire du Milieu.

  • La revue de presse Gerard Meudal – Le Monde du 10 juillet 2008

Les vingt-quatre aventures du juge Ti restent un monument de la litterature policiere. Depuis quatre ans, Frederic Lenormand a entrepris de donner une suite a cette saga. Panique sur la Grande Muraille est deja le douzieme episode des “nouvelles enquetes du juge Ti”. Le resultat est assez convaincant meme s’il n’egale pas toujours l’original. L’auteur s’appuie manifestement sur une documentation serieuse, et parvient a recreer la vision du monde que pouvait avoir un homme d’une epoque ou le surnaturel jouait un role tres important, en maniant habilement l’erudition souriante qui fait le charme des romans de Van Gulik.