Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les petits sacrifices

Auteur : Caroline Sers

Date de saisie : 31/10/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Buchet Chastel, Paris, France

Collection : Litterature francaise

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-283-02313-6

GENCOD : 9782283023136

Sorti le : 28/08/2008

Acheter Les petits sacrifices chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Catherine Demontpion de la librairie PAGES D’ECRITURE a SAINT-YRIEIX LA PERCHE, France (visiter son site) – 31/10/2008

1914. A la veille de la declaration de guerre, une famille de notables, les Dutilleul, donne une fete dans leur propriete de vacances, a quelques kilometres de Paris. Il y a la Henri, le patriarche, trop occupe par son travail d’intermediaire entre industriels et investisseurs ; Marie, la mere, pour qui tenir son rang est la seule chose importante et qui eleve ses enfants dans la terreur d’un geste ou d’une parole malvenus. Les enfants : Pierre, l’aine des garcons, promu a un bel avenir dans les affaires familiales, fiance a une jeune fille de la bonne societe ; mobilise des le debut de la guerre, il sera tue au front et son corps jamais retrouve. Francois, peu enclin aux etudes, plus reveur, moins conscient des responsabilites de son role d’heritier, sera lui aussi tue pendant la guerre. Genevieve, l’ainee des filles, a tres vite compris qu’etre disciplinee etait le seul moyen de ne pas attirer les foudres de sa mere. Charlotte, la petite derniere, un peu “fofolle”, toujours la cible des reproches de sa mere.
Au cours de cette fete de l’ete 1914, un drame cause par Henri Dutilleul va precipiter la famille dans des bouleversements importants ou le seul mot d’ordre sera d’etre pret a faire des sacrifices pour sauver les apparences et le rang que la famille a toujours connu.
Caroline Sers livre ici le portrait de trois femmes aux forts caracteres, victimes d’une societe qui ne leur laissait aucune place et les mettait au rang de potiches. Une ecriture tout en finesse, ou chaque mot a son importance, qui cree une atmosphere de plus en plus oppressante au fur et a mesure que l’on avance dans l’histoire, une histoire aux rebondissements inattendus. Trois femmes, trois generations, jusqu’a cet ultime sacrifice qui fait froid dans le dos et fait dire au lecteur : “non, elle n’a pas ose ?”

  • Le choix des libraires : Choix de Chantal Bonnemaison de la librairie COLOPHON a GRIGNAN, France (visiter son site) – 27/09/2008

La veille de la premiere guerre mondiale, le drame ne se joue pas seulement a l’exterieur.
Dans la propriete des Dutilleul, famille de notables francais tres conservateurs, des destins basculent.
Nous retrouvons certains des enfants Dutilleul, adultes.
Ils doivent faire face a tous les non-dits, les differentes compromissions de leur “milieu”.
Au fur et a mesure de la lecture, nous decouvrons les drames qui se sont joues au sein de cette famille.
Et ce jusqu’au couperet – atroce – qui augmente d’un degre le malaise qui s’est installe en suivant les membres de cette famille bien pensante.
Une ecriture envoutante nous entraine dans cette histoire de famille passionnante, malgre le desir de ne surtout pas en connaitre une semblable.

  • Les presentations des editeurs : 27/09/2008

De 1914 a 1950 : le destin d’une famille de notables francais, les Dutilleul, sur trois generations.
Petite fille au moment de la declaration de guerre en 1914, Charlotte grandit dans le souvenir des catastrophes survenues lors d’une reception donnee par ses parents le jour de l’assassinat de Jaures. Adulte, elle sera sacrifiee a la famille, donnee en mariage a un commercant pour garder la propriete a la campagne, menacee de saisie. Mere, elle en viendra a prendre une decision terrible pour eviter l’effondrement de tout ce en quoi elle croit.
Quel est le prix a payer pour continuer a faire partie de la bonne societe ? Les Petits Sacrifices, troisieme roman de Caroline Sers (prix du Premier Roman 2004 pour Tombent les avions), confirme le talent de l’auteur a raconter les familles et leurs drames…

  • Les courts extraits de livres : 27/09/2008

Ah ! les bienfaits de l’oubli…
Henri secoua la tete comme il le faisait chaque fois qu’un souvenir menacait de venir briser sa tranquillite, et reprit sa faction patiente sur la riviere. L’air du printemps etait leger, sature du parfum des fleurs qui s’epanouissaient sur la berge. A cette heure encore matinale, rien ne troublait le chant des oiseaux, pas meme son lancer de canne qu’il s’efforcait de rendre le plus silencieux possible. Il etait la depuis le lever du jour, profitant enfin de ces instants de calme dont la vie, a son gout, manquait cruellement.
Il s’etait glisse hors du lit avec une telle discretion que Marie n’avait pas meme pousse son habituel soupir. Elle ne s’eveillait pas, mais trouvait le moyen de manifester tout de meme une desapprobation que le temps avait teintee d’une certaine amertume. Il avait vu le jour poindre alors qu’il descendait le chemin sinueux vers la riviere, et avait detache la barque avec satisfaction. Des qu’il se trouvait sur l’eau, rien ne comptait plus que la mouche qu’il faisait evoluer avec un art consomme, fruit de longues annees de pratique. Son grand-pere l’avait initie et il etait particulierement fier de la maitrise acquise a force de patience. Il tenait sa canne d’une main, le fil de l’autre, et ne perdait pas de vue la gracile silhouette de sa mouche, un specimen qu’il avait fabrique lui-meme. Il ne l’aurait pas avoue si facilement, mais il etait plus concentre sur la perfection de son mouvement que sur le resultat de sa peche. L’ampleur de son geste, l’endroit ou se posait son leurre, l’illusion que celui-ci parvenait a creer, suffisaient a le remplir d’aise. Le monde ressemblait a ce qu’il devait etre.