Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les plus beaux treks du monde

Auteur : Thomas Bianchi | Christophe Migeon | Christophe Raylat | Stephane Thizy

Date de saisie : 01/10/2008

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : Glenat, Grenoble, France

Collection : Trekking

Prix : 39.00 €

ISBN : 978-2-7234-6457-4

GENCOD : 9782723464574

Sorti le : 01/10/2008

  • Les presentations des editeurs : 18/10/2008

Les plus beaux treks du monde
32 explorations sur les 5 continents

Des massifs de l’Himalaya aux deserts africains, des hauts plateaux tibetains aux prairies islandaises, Les plus beaux treks du monde propose une trentaine d’itineraires sur les cinq continents, la plupart comptant parmi les incontournables de l’amateur de randonnee. Certains sont des sentiers de haute reputation, d’autres sont plus inattendus, parfois inedits. Grandes traversees ou petites boucles, montagnards, desertiques, cotiers ou campagnards, ils sont parfois engages, mais en aucun cas techniques. Ce livre d’emerveillement photographique s’adresse bien sur aux passionnes d’outdoor, aux inconditionnels de terres sauvages, mais aussi aux novices, simples amateurs de marche dans la nature et beotiens de goulees d’air frais. Chaque destination est presentee par le biais d’un recit de voyage ponctue d’anecdotes et de portraits de personnages croises sur la route. Un pratique rassemble toutes les informations pour passer du reve a l’action.
Qu’ils soient corses de cols d’altitude ou saupoudres de sable fin, truffes de sites culturels ou ponctues de contacts avec les populations locales, ces circuits se revelent etre d’extraordinaires terrains de jeu et de decouverte. Ce sont les rencontres, le hasard, les petits moments d’extase ou de plenitude, l’intensite de la lumiere ou d’un regard, la fraicheur d’une source qui vont vous les rendre beaux.

Thomas Bianchin, Christophe Raylat, Christophe Migeon et Stephanie Thizy sont tous journalistes et photographes reputes dans la presse de voyage. Ils ont cree en 2006 Roadbook, le premier magazine multimedia du voyage, et desormais RoadBook Media, le portail du voyage d’aventure et du materiel outdoor. Curieux d’immersions culturelles, soucieux de temoigner de la beaute de la planete et de sa fragilite, promoteurs d’un tourisme responsable et equitable, ils poursuivent inlassablement leur periple a travers le monde, le plus souvent par pistes et sentiers.

Italie, Suisse, France. Tour du Mont-Blanc
Islande. Le trek des elfes
Spitzberg. Aux confins des terres
Turquie. Sur la cote lycienne
Maroc. Traversee du Haut Atlas
Algerie. La grande traversee du Hoggar
Niger. Traversee de l’Air
Libye. Le tassili oublie
Cap-Vert. Trek sur San-Antao
Mali. Trek en pays dogon
Ethiopie. Chevaucher les abysses
Tanzanie. Kilimandjaro, la grande traversee
Jordanie. Sur la Route des Rois
Oman. Par monts et par wadis
Inde, Rupshu. Hautes terres nomades
Inde, Zanskar. La traversee magistrale
Nepal, Dolpo. Sur la piste du leopard
Nepal. Le tour des Annapurnas
Bhoutan. Sur la piste des yaks
Tibet. Un petit tour au Kailash
Mongolie. L’Altai des nomades
Kirghizie. Le peuple migrateur
Chine. Longues marches sur la Grande Muraille
Indonesie. Une terre de feu
Vietnam. Baie d’Halong, randonnee amphibie
Nouvelle-Zelande. Trek dans les Fjordland
Canada. Trek dans la Wildemess
Mexique. De la sierra au Pacifique
Equateur. Vers le cou de la lune
Perou. Cordillere blanche, la grande traversee
Bolivie, Chili. On a marche sur la lune
Argentine, Patagonie. La terre d’Eole

  • Les courts extraits de livres : 18/10/2008

Introduction :

Trek, un mot qui claque comme une etincelle sur un fagot de bois sec, une exclamation de rocher qui degringole d’une falaise, une interjection aux gutturaux accents bataves qui sonne le boute-selle et donne des fourmis dans les jambes. Trekken en neerlandais signifie marcher, cheminer. Le mot acquiert ses lettres de noblesse a l’occasion du Grand Trek, entre 1834 et 1852, quand les voortrekkers boers – litteralement les premiers paysans vagabonds – embarquent femmes et enfants a bord de chariots baches pour fuir leur colonie du Cap dominee depuis peu par les Anglais et gagner, au prix d’un long et penible trajet, le Transvaal et le Natal.

Si la naissance du trek s’est faite dans la fatigue et les larmes, la definition a pris fort heureusement un tour plus ludique au cours des vingt dernieres annees. Le terme designe desormais une randonnee itinerante de plusieurs jours, ponctuee de bivouacs. Les purs et durs de la langue francaise pourront preferer la formule grande randonnee. Tout cela reste une affaire de marche a pied, mais dans l’idee de trek s’exprime plutot l’autonomie et la duree. Ce n’est pas forcement une partie de plaisir, loin s’en faut. Car faire un trek, c’est souvent avoir froid, ou bien chaud, parfois les deux a la fois, etre trempe de sa propre sueur ou de la derniere giboulee, souffler comme un boeuf au passage d’un col et sans mentionner ampoules, tours de reins et autres chicanes tracassieres du marcheur au long cours. L’hopital le plus proche est a six jours de mulet, le dernier repas decent n’est plus qu’un souvenir confus et la perspective du prochain restaurant, une promesse aussi lointaine et inaccessible que les pics surplombant le chemin. Et pourtant, on se surprend toujours a feuilleter les atlas a quatre pattes sur le tapis et scruter les planispheres, mains sur les hanches, pour y denicher ces vastes espaces vides de noms de villes, vierges de toute metropole. L’itineraire convoite n’est pas indique sur ces cartes generales, c’est un sentier qui serpente quelque part par la, entre le lisere blanc des montagnes et le vert profond de la foret. Marcher dans la nature, loin des grandes agglomerations, c’est s’engloutir corps et ame dans de vastes espaces sauvages, mais c’est aussi, paradoxalement, le meilleur moyen d’approcher l’homme.