Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les racines du karate-do

Auteur : Guy Juille

Date de saisie : 08/01/2007

Genre : Sports

Editeur : Budo, Noisy-sur-Ecole, France

Prix : 35.00 / 229.58 F

GENCOD : 9782846171076

Sorti le : 13/12/2006

  • Les courtes lectures : Lu par Claire Lamarre – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Claire Lamarre – 19/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Pratiquant de longue date, Guy Juille a pu constater, au cours de sa carriere, les differences qui caracterisent les styles modernes de karate et celles qui les opposent au karate-do traditionnel.

Cet ouvrage a pour but de donner aux pratiquants actuels, quel que soit leur style, le maximum d’informations sur les origines des techniques utilisees de nos jours, et d’en retrouver les racines, qu’ils soient debutants, confirmes ou enseignants. Ils pourront ainsi comparer ce qu’est le karate-do original et ce qu’il represente actuellement sur le continent japonais.

Guy JUILLE ne en 1947, pratique le judo de 1956 a 1969 et le style de karate Shotokan des le debut des annees 1960.
En 1970, il rencontre Nino Satoru, enseignant le Shito-ryu. Seduit par cette ecole dont la pratique lui parait plus naturelle, il decide alors de changer de style et de publier avec lui le premier ouvrage francais sur les techniques du Shito-ryu. En 1978, il part seul au Japon etudier avec Ogasahara Eiji, professeur de Nakahashi Hidetoshi, dont il sera l’assistant pendant pres d’une decennie.
Grace aux experts de ko-budo Chinen et Adaniya, Guy Juille decouvre le Shorin-ryu d’Okinawa, source du Shito-ryu, qu’il pratiquera sous l’autorite de Kuniba Shogo. Il part a Okinawa pour etudier au Enbukan, dojo de maitre Nakamura Yoshio et c’est a ce moment qu’il decida de changer definitivement de style afin d’etudier en profondeur les racines du karate-do.
En avril 2001, maitre Nakamura Yoshio le nomme Deshi, disciple et heritier direct du Shuri Shorin-ryu.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Les attitudes

Le karate-do est par definition une methode de defense personnelle. Par consequent, l’utilisation rationnelle de notre corps est l’element essentiel d’une bonne pratique. Non seulement elle evite une destruction prematuree de notre physique, mais elle participe a la protection et parfois meme a la reparation de celui-ci. Il est surprenant de constater la longevite des grands experts de Shorin-ryu a Okinawa. Sakugawa a vecu quatre-vingt-un ans, Matsumura quatre-vingt-dix ans, Itosu quatre-vingt-quatre ans, mon maitre, ne en 1916, qui ne peut pas resister a l’envie de venir au dojo trois fois par semaine, maitre Nagamine qui a quitte ce monde a quatre-vingt-seize ans et qui, lui aussi, assistait regulierement au travail des katas dans son dojo de Naha.
Le corps humain est une mecanique extremement robuste, a condition de l’utiliser de maniere naturelle. Pour cette raison, toutes les techniques seront demontrees dans leur forme originale. La forme de chaque geste pourra avoir plusieurs significations, chaque mouvement sera polyvalent, une defense cachera systematiquement une ou plusieurs techniques offensives. C’est ce que nous appellerons bunkai cache. De nombreux exemples seront evoques et demontres dans cet ouvrage La respiration est un element determinant. Elle doit etre silencieuse. En effet, toute emission sonore, lors d’une agression nocturne, permettra a notre agresseur de nous localiser et de ce fait nous detruire, a l’exception bien entendu du kiai. Les deplacements doivent etre, eux aussi, et pour la meme raison, discrets et silencieux.
L’adversaire ne doit pas detecter l’instant de l’inspiration, ainsi, elle sera executee lors d’une phase de deplacement qui correspond systematiquement a une phase de protection du corps. Il est beaucoup plus aise de contracter notre masse musculaire lors d’une expiration, par consequent, nous devrons expirer pendant les actions, qu’elles soient defensives, offensives, ou simultanement defensives et offensives. L’expiration permet de degager le maximum d’energie, elle correspond a l’action et devra etre parfaitement synchronisee avec celle-ci.
Pour inspirer, il est absolument indispensable de ne pas solliciter la cage thoracique. (…)