Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les rythmes du politique. Democratie et capitalisme mondialise

Auteur : Pascal Michon

Date de saisie : 18/10/2007

Genre : Sociologie, Societe

Editeur : les Prairies ordinaires, Paris, France

Collection : Essais

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-35096-001-2

GENCOD : 9782350960012

Sorti le : 14/09/2007

  • Les presentations des editeurs : 22/09/2007

La mutation du capitalisme qui vient d’avoir lieu nous oblige a repenser de fond en comble la question de la democratie.
Nous vivons le paradoxe d’un monde plus fluide, plus ouvert, plus libre, mais aussi plus divise, plus inegalitaire, plus feroce qu’il ne l’a jamais ete. Or, la plupart des paradigmes theoriques et critiques dont nous disposons ne rendent pas compte de cette double realite. Pour comprendre ce monde, il faut s’adosser a l’idee que le politique s’inscrit directement dans les corps, le langage et le social, qu’il en determine les rythmes.
On voit alors que les nouveaux modes de domination ne passent plus par des effets systemiques, ni par des disciplines, mais s’expriment plutot a travers des techniques rythmiques fluides, qui affaiblissent les forces contestataires, diluent les resistances et demultiplient les formes de vie tout en les vidant de leur puissance d’agir et d’exister.

Pascal Michon est agrege et docteur en histoire, ancien eleve de l’Ecole normale superieure de Saint-Cloud. Il a ete Directeur de programme au College international de philosophie. Il est notamment l’auteur de Rythmes, pouvoir, mondialisation (PUF, 2005) et de Elements d’une histoire du sujet (Kime, 2000).

  • La revue de presse Nicolas Weill – Le Monde du 19 octobre 2007

S’il est une idee recue, c’est celle de l’inexorable “mort” editoriale des sciences humaines. Un tel discours vaut peut-etre pour une partie des editeurs qui ont pignon sur rue. Mais des gens parfois tres jeunes se consacrent aux grandes pensees et redonnent vie a des notions comme la critique sociale ou la resistance par la culture. L’essai de Pascal Michon, Les Rythmes du politique. Democratie et capitalisme mondialise, publie par Les Prairies ordinaires, constitue l’une des meilleures illustrations de cette mutation qui a amene une generation a reprendre a nouveaux frais le flambeau de la “Theorie critique”. Cette theorie avait jadis ete developpee par l’Ecole de Francfort pour corriger le marxisme par une reflexion plus ouverte aux sciences sociales, plus interessee par l’interaction entre sphere culturelle et economique, plus accueillante a la dimension utopique de l’esperance revolutionnaire.

  • La revue de presse Eric Aeschimann – Liberation du 13 septembre 2007

Agrege d’histoire, ancien directeur de programme au College international de philosophie, Pascal Michon a deja plusieurs ouvrages sur le rythme a son actif. Son objectif n’est pas de restituer les metamorphoses du rythme a travers les ages comme l’histoire des mentalites aurait pu le faire autrefois. Pour lui, comme en son temps pour Henri Lefebvre, le rythme est bien plus qu’une production humaine : il est la substance meme ou l’homme se construit, ou la communaute s’echafaude, ou les deux s’articulent – ou pas. Tout ce qui est rythmique est politique et tout ce qui est politique est rythmique, telle est l’equation qui sous-tend les Rythmes de la politique et le rend a la fois deroutant et passionnant…
C’est pour sortir du devoiement des seventies sans en renier l’acquis que Pascal Michon choisit de recourir a l’idee de rythme. Le rythme, explique-t-il, c’est l’organisation de ce qui est mouvant. Certes, l’homme est fait de flux flux du corps, du langage, de la vie sociale mais aussi de processus qui organisent ces flux et vont faire de lui un individu, un sujet. Domestiquer le corps, scander la langue, concilier le vivre-seul et le vivre-ensemble sont autant d’operations qui necessitent des rythmes temporels et spatiaux, des reperes, des manieres. Ces manieres-la sont la matiere premiere de la politique : le rythme est au coeur de la question du pouvoir