Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les sigles a la con

Auteur : Sylvie Baussier

Date de saisie : 02/11/2007

Genre : Dictionnaires, encyclopedies

Editeur : Mots et Cie, Paris, France

Prix : 9.00 / 59.04 F

ISBN : 978-2-913588-87-5

GENCOD : 9782913588875

Sorti le : 02/11/2007

Acheter Les sigles a la con chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 09/11/2007

ASAP, FIV, CPE, CMU, POTUS… les sigles envahissent l’entreprise, les medias, et notre langage quotidien… Par manque de temps… ou par paresse ? Ce recueil, a la fois serieux et decale, vous en fera decouvrir plus de 300, revelateurs des tendances de notre epoque… et de nous-memes. Parions que vous en resterez PTDR (Pete de rire) ou LOL (Laughing out loud) !

Specialiste des sujets de societe, Sylvie Baussier a publie de nombreux documentaires pour la jeunesse, dont Donner sa langue au chat et autres expressions animalieres (Mango, 2006) et De la tete aux pieds (Mango, 2007). Elle a recu le prix Octogone du documentaire jeunesse en 2002 pour Petites histoires des langues (Syros).

  • Les courts extraits de livres : 09/11/2007

Introduction aux SALC (Sigles A La Con)

– Connais-tu la derniere FBI du FBI ?
– Non, c’est quoi ? Dis-moi ca ASAP !
– Ils surveillent l’AAAA…
– Ah, ah ! Ils n’oublient pas de proteger le POTUS, au moins ?
– Non, sans doute pas ! Bon, j’y vais, j’ai un P2P a finir !
– Et moi une reunion du PNUD !

Et c’est comme ca tous les jours ! Dans la rue, les journaux, a la television, les sigles nous grignotent. Ils sont partout, et on a interet a les comprendre, au moins confusement, si on ne veut pas etre completement largue dans notre MMM… pardon, notre magnifique monde moderne. C’est logique : on est presse, on court tout le temps, on passe un coup de fil urgent tout en sortant un plat tout pret du congelateur. On file d’une urgence a l’autre, a peine le temps de prendre des vacances, le PC dans une main, le MP3 dans l’autre… Les sigles ont un gros avantage : ils sont rapides a dire et a ecrire. Mais ils ont un gros inconvenient : ils sont souvent longs a comprendre.
Non seulement ils sont brefs, mais ils n’engagent a rien : une suite de lettres bien rangees les unes a cote des autres, c’est propre, avec un petit air neutre qui trompe son monde. Dans un univers politiquement correct ou la parole, souvent, ne signifie plus rien, c’est pratique !
Ils permettent de resumer en deux ou trois lettres des realites techniques complexes que nous utilisons tous les jours et dont nous ne comprenons que rarement le fonctionnement. Tout le monde envoie des SMS, passe des heures devant son PC, possede l’ADSL et l’ABS, mais qu’est-ce que ca veut dire et comment ca marche, voila une autre affaire ! Correlat : chaque milieu a ses propres sigles, qui lui permettent d’afficher son identite. Les d’jeunes se reconnaissent dans leurs codes de SMS qui les fait se PTDR, les medecins a leurs AVC et leurs BCG, les traders, a leur CDO et leur shit F9 monkey… Une petite salve de sigles d’un domaine precis, rien de tel pour se reconnaitre entre pairs et exclure delicatement les autres.
Et puis, dans notre monde globalise, les sigles s’exportent mieux que les mots, ils se font comprendre dans toutes les langues ou a peu pres, surtout s’ils sont issus de la langue maitresse des echanges commerciaux, a savoir l’anglais. Il suffit d’allumer la TV pour tomber sur une serie ou apparait le FBI, d’ouvrir le FT dans un B&B pour entendre parler de l’IEA…

(…)