Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les syndromes tardifs secondaires aux neuroleptiques (IMPRESSION A LA DEMANDE)

Auteur : Ben Djebara Mouna

Les syndromes tardifs constituent une complication sévère du traitement au long cours par les neuroleptiques. Leur prévalence n’est pas négligeable (21% des cas en Tunisie en 1990). Ces troubles complexes du mouvement posent des difficultés diagnostiques et thérapeutiques. Leur retentissement est sévère sur la qualité de vie des patients et par conséquent sur leur compliance thérapeutique. Leurs différents aspects cliniques et physiopathologiques sont discutés dans ce travail. Leur prise en charge thérapeutique nécessite l’utilisation préalable d’une classification syndromique et d’échelles de cotation validées. Cinq observations de patients psychotiques, présentant des dyskinésies tardives sévères et ayant été traité par de fortes doses de piracétam dans le cadre d’un essai clinique en ouvert, sont rapportées. Une bonne tolérance et une amélioration significative et durable dans les dyskinésies tardives sévères avec syndrome choréiforme diffus ont été démontrées. Nous proposons une conduite à tenir adaptée à la phénoménologie clinique du mouvement anormal observé et tenant compte des facteurs de risque établis et de nos résultats dans la prise en charge de cette pathologie