Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les yeux fermes

Auteur : Gianrico Carofiglio

Traducteur : Claude Sophie Mazeas

Date de saisie : 04/06/2008

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-7436-1799-8

GENCOD : 9782743617998

Sorti le : 02/04/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Christophe Dupuis de la librairie ENTRE-DEUX-NOIRS a LANGON, France – 04/06/2008

Guido Guerrieri, est avocat a Bari ; l’inspecteur Tancredi, “presque un ami”, lui presente une jeune femme seduisante – mais “avec une tronche de fille qu’il ne vaut mieux pas embeter” – qui s’avere etre – a sa plus grande surprise – une religieuse, Soeur Claudia. Cette derniere est directrice d’un centre d’hebergement. Elle a accueilli une jeune femme harcelee et battue par son compagnon et cherche un avocat pour se porter partie civile. Rien de plus simple, si ce n’est le nom de l’homme, medecin dans une clinique et surtout fils d’Ernesto Scianatico, “president d’une des sections de la cour d’appel. Un des hommes les plus puissants de la ville”. Jusqu’a present, aucun avocat n’a accepte l’affaire, Guerrieri accepte “Pas de problemes, dis-je. J’etais avocat et un client en valait bien un autre. Ce disant, je pensais que j’etais en train de faire une sacree connerie.”
Cette deuxieme aventure de Guido Guerrieri tient toutes ses promesses et confirme tout le bien qu’on pensait de Gianrico Carofiglio apres la lecture de son premier roman (“Temoin involontaire”, chez le meme editeur). L’avocat est toujours aussi attachant, les reflexions sur le fonctionnement de la justice italienne toujours aussi piquantes et le personnage de Soeur Claudia est redoutable (la montee finale est redoutable). A cote de l’intrigue, on retrouve ce qui fait la force de l’auteur, sensibilite de certains passages, reflexions sur la vie, l’amour et le temps qui passe… Bref, du bel ouvrage et on attend le troisieme (celui-ci date de 2003) avec impatience.

  • Les presentations des editeurs : 18/04/2008

Guido Guerrieri, avocat a Bari, voit debarquer dans son bureau l’inspecteur Tancredi, accompagne d’une femme en blouson de cuir qu’il prend d’abord pour un officier de police. Il s’agit en fait de soeur Claudia, directrice d’un foyer d’accueil pour femmes battues, et accessoirement professeur de boxe chinoise. Tous deux demandent a Guido de se constituer partie civile pour une jeune femme harcelee et frappee par son ex-compagnon, a qui personne n’ose s’attaquer dans cette ville de l’Italie du Sud, car il est le fils d’un puissant magistrat. Guido finit par accepter, conscient de se fourrer dans un guepier. Et de fait, au fur et a mesure que le proces se prepare, les pressions commencent a s’exercer. Avocats, juges, experts, tous ont un prix, et pour qui connait le systeme, il existe toutes sortes de manieres de faire devier le cours de la justice…
Guido Guerrieri, le quadragenaire attachant de Temoin involontaire, est de retour dans ce roman au style enleve, nourri des observations de l’auteur sur la machine judiciaire. Carofiglio y aborde des themes aussi noirs que la violence, la pedophilie et la predation avec intensite et humanisme.

Gianrico Carofiglio est l’auteur italien de romans noirs le plus populaire dans les pays anglo-saxons. Il figure regulierement sur les listes de best-sellers.

  • La revue de presse Martine Laval – Telerama du 17 avril 2008

Gianrico Carofiglio raconte des violences extremes faites aux femmes, aux enfants, et percute avec une narration en douceur. C’est la son grand art. Il s’approche au plus pres de la douleur, de l’injustice, sans voyeurisme, avec une sensibilite a faire frissonner les retors. Decidement, la nouvelle vague du polar italien – Carofiglio et avec lui Piergiorgio Di Cara et Alessandro Perissinotto – decrasse le genre et le projette au rang de la noble litterature.