Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Lettre à la fiancée ; janvier – févier 1820

Auteur : Victor Hugo

Quelques mots de toi, mon Adèle chérie, ont encore changé l’état de mon âme. Oui, tu peux tout sur moi, et demain je serais mort que j’ignore si le doux son de ta voix, si la tendre pression de tes lèvres adoréesne suffiraient pas pour rappeler la vie dans mon corps.