Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’extraordinaire histoire de Fatima Monsour

Couverture du livre L'extraordinaire histoire de Fatima Monsour

Auteur : Gerry Dryansky | Joanne Dryansly

Traducteur : Marianne Veron

Date de saisie : 09/01/2009

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Ed. Heloise d’Ormesson, Paris, France

Prix : 21.00 / 137.75 F

ISBN : 978-2-35087-102-8

GENCOD : 9782350871028

Sorti le : 15/01/2009

Acheter L’extraordinaire histoire de Fatima Monsour chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Olivier Augier de la librairie Arts & LIVRES a Le Plan de Grasse, France (visiter son site) – 09/01/2009

Fraichement debarquee de son ile de Djerba natale, Fatima Monsour, change radicalement de vie.
Vivant jusque la une existence morose en Tunisie, quittee par correspondance par son mari, sans enfants, Fatima possede pourtant un don unique : faire le bonheur autour d’elle !
A la suite d’une peripetie comme seule la vie nous en reserve, elle se retrouve, sans transition, dans le prestigieux XVIeme arrondissement Parisien, au service d’une riche et agee comtesse. Rencontrant de nombreux personnages pittoresques, Fatima va pouvoir employer son don pour apprivoiser la capitale et ses habitants…
Voila une splendide fable moderne, antidote a la morosite, agreable et intelligente, peuplee de personnages attachants, parmi lesquels Fatima fait ressortir ce qu’il y a de meilleurs en nous…

  • Les presentations des editeurs : 16/12/2008

La chance ne sourit pas a Fatima.
Dans son ile de Djerba, elle est la femme la plus mal lotie : son mari l’a repudiee par correspondance et laissee sans enfants.
Quand meurt sa soeur, qui travaillait chez la comtesse Merveil du Roc, elle quitte son village natal pour prendre sa place. Les cieux seront-ils plus clements a Paris, dans ce XVIe arrondissement ou l’on croise Hadley Hadley III, truculent ecrivain en herbe, les Denis-Rabotin, famille Figaro par excellence, Hippolyte Suget, petit rat de l’Opera devenu cambrioleur, Victorine, chaleureuse domestique senegalaise ? Les tribulations de Fatima se melent a celle; de cette clique haute en couleur.
Pour son plus grand bonheur, et le notre.

Un conte de fees drole et emouvant au charme furieusement excentrique.

Scenaristes americains, Joanne et Gerry Dryansky vivent a Paris depuis plus de vingt ans. Gerry est egalement journaliste.

  • Les courts extraits de livres : 16/12/2008

Extrait du prologue :

C’etait le 27 aout et depuis plusieurs jours il pleuvait sur Paris. Comme en plein hiver, la tour Eiffel etait amputee au-dessus des reins par le brouillard. La Seine en crue lechait les bottes du Zouave de pierre sous le pont de l’Aima et recouvrait les passerelles des peniches soulevees par le flot. Dans la ville embrumee, ou l’odeur des feux de bois allumes dans les salons aux fenetres jaunes impregnait les rues, seuls les paves luisaient. Mais si vous regardiez par la lucarne d’une chambre de bonne, quelque part au sixieme etage, vous pouviez voir des perspectives estompees de toits en zinc lisses comme le verre, diapres la ou l’eau debordait des gouttieres. Et au-dessous, des clapets de canalisations fuyaient par a-coups et giclaient sur les chaussures des passants recroquevilles sous leurs parapluies.
Une jeune femme charmante en robe d’ete legere se tenait dans l’encadrement de la porte du cafe Jean Valjean et, armee d’un parapluie roule, elle contemplait l’averse. C’etait Rachida, une Tunisienne d’une trentaine d’annees a la peau ambree, aux mains fines et rapides et aux longs membres delies. Elle etait sortie par la porte voisine, au 34 bis, avenue Victor-Hugo, pour rapporter la tasse et la soucoupe de l’espresso qu’elle etait venue chercher un peu plus tot pour sa patronne, la comtesse Merveil du Roc. La pluie ne donnait aucun signe de devoir se calmer, et elle avait le reste de ses courses a faire. Avec un petit soupir de resignation, elle quitta le refuge de la porte, empoignant le caddie d’osier qu’elle avait gare la et deployant son parapluie, et elle se mit en route.