Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’homme que l’on prenait pour un autre

Auteur : Joel Egloff

Date de saisie : 10/01/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Buchet Chastel, Paris, France

Collection : Litterature francaise

Prix : 17.90 €

ISBN : 978-2-283-02169-9

GENCOD : 9782283021699

Sorti le : 10/01/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Clo Brion de la librairie VANDROMME a LES VANS, France – 14/07/2012

“L’homme que l’on prenait pour un autre”, un titre long resumant bien le 5eme roman de Joel Egloff.
Le personnage narrateur est sans nom, d’un ordinaire banal et consternant, un exile de la vie qui, au fil de son histoire va endosser les multiples identites qu’on lui reconnait : de l’ancien truand au mari-pere de famille incertain troquant le plombier maladroit au presentateur meteo optimiste. Parures floues pour devenir Monsieur Tout Le Monde lorsque l’on est personne, efface meme de la memoire vacillante d’une vieille tante, seul lien tangible de sa realite.
Un roman aux allures poetiques si particulieres a Egloff et qui, sur un ton humoristique savoureux nous parle des solitudes, des angoisses et des difficultes d’Etre.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Un homme vivote dans un appartement dont l’ameublement, on peut l’imaginer, est reduit au strict minimum. Cet homme, qui n’a pas l’air d’etre epuise par une activite debordante, passe ses journees a tuer le temps. Il se reveille, sort de chez lui ou reste chez lui, recoit du courrier, marche dans les rues, croise nombre de personnes et, tous les quinze jours, prend le train pour Mourmelon ou il rend visite a une vieille tante qui sucre lentement les fraises et attend avec impatience l’arrivee des Americains. Cet homme au physique tres ordinaire s’apercoit neanmoins que, de plus en plus souvent, on le prend pour quelqu’un d’autre. Des gens qui le croisent ont l’impression de l’avoir deja vu quelque part. Par politesse, cet homme acquiesce car il n’a pas le coeur a decevoir quiconque l’aborde avec tant de sympathie. D’autant plus que, parfois, celui pour lequel on le prend n’a pas l’air ininteressant. Ainsi le quotidien de cet homme est-il peu a peu bouleverse par les identites multiples dont il se retrouve affuble. Gangster, ancien compagnon de cellule, plombier, mari de la voisine du dessous. Le reel est instable et notre homme, en constant decalage, va endosser avec une bonne volonte evidente les differents roles que le hasard lui attribue… “L’Homme que l’on prenait pour un autre” est un roman plein d’humour, ou l’on retrouve avec bonheur l’univers et la poesie de Joel Egloff. Un homme au physique tres ordinaire est quotidiennement pris pour quelqu’un d’autre. Avec un visage aussi commun que le sien, il ne passe pas inapercu. Deux yeux, un nez, une bouche, ca rappelle forcement toujours quelqu’un a quelqu’un ! Humour et poesie sont au rendez-vous. Le nouveau roman de Joel Egloff, apres “L’Etourdissement”, prix du livre Inter 2005.