Les coups de cœur de Clo Brion de la librairie VANDROMME à LES VANS, France

  • Le choix des libraires : Quatuor (1 choix)Anna Enquist Actes Sud, Arles, France– 16/05/2016

“La musique donne une forme au chagrin, une sonorité à l’absence tout en offrant une sorte de consolation…”
«Quatuor» de Anna Enquist est un très beau roman autour de quatre personnages et d’un terrible drame. Ils sont violoncelle, alto, premier et deuxième violon, chacun avec leur histoire, la musique cicatrisant les blessures intimes et cimentant leur amitié. A côté, il y a Reinier, vieil homme qui fut soliste virtuose, maintenant, toujours seul, confiné dans la paranoïa et terreur du monde inhospitalier qui l’entoure.
Un roman douloureux, sensible, pointant du doigt la place de l’humain dans nos sociétés contemporaines, absolument remarquable.

  • Le choix des libraires : La fin d’une imposture (1 choix)Kate O’Riordan Joëlle Losfeld, Paris, France– 27/04/2016

Profitant de la profonde détresse d’une famille (adultère du père, Luke, d’où séparation d’avec Rosalie, décès de leur fils Rob et, consécutivement, dépression de Maddie, leur fille), un jeune homme, beau comme un ange, s’incruste dans leur vie. Tout d’abord accueilli comme un sauveur, il deviendra peu à peu un redoutable prédateur créant le trouble dans l’esprit de Rosalie…
Un roman diabolique, parfaitement maîtrisé, sur l’emprise psychologique et les méandres de l’amour.
Un excellent thriller !

Il était une fois une léproserie en Jamaïque. Ainsi commence l’histoire de «L’authentique Pearline Portius» mère éphémère, fille du vent qui tricotait des bandages arc-en-ciel mais elle aurait pu commencer autrement, plus loin, en Angleterre avec Adamine Bustamante, dite Ada, sa fille, née de père inconnu et de célèbre renommée, Crieuse de Vérité là bas, toktok pour ce pays. Deux voix pour restituer cette histoire entre deux mondes. Celle d’Ada, la prophétesse jamaïcaine internée et celle de l’écrivain Monsieur Gratte-Papyé qui fouille les mémoires…
Un roman flamboyant, tellurique et fascinant comme une Mise en garde. Excellent.

  • Le choix des libraires : Parade sauvage (1 choix)Jean-Jacques Salgon Verdier, Lagrasse, France– 30/03/2016

L’auteur a fait cet extraordinaire voyage dans les entrailles de la terre où il a eu le privilège de découvrir les sublimes fresques pariétales de nos lointains ancêtres, les Aurignaciens. «Après deux heures de plongée dans les tréfonds d’une lointaine mémoire… quelque chose là, me fut donné».
Ce récit parle de ce «quelque chose» d’inouï reçu dans la Grotte Chauvet d’Ardèche. Un récit érudit sur les traces de ces hommes modernes dans un environnement hostile et inhumain. Froid, lions, ours des cavernes, mégacéros et autres gigantesques mammouths laineux. Une confrontation quotidienne dont dépend la survie. Ils sont chasseurs, tueurs. Quels rapports ont-ils à l’animal ? Ces représentations pariétales conscientisent une perte, la perte de cette part animale d’eux-mêmes (de nous-mêmes ?) qui les soudait à l’organisation initiale mais aussi une accession à l’Humanité. Ils sont «les représentants d’un monde perdu», l’émergence d’un monde à venir et cette parade sauvage, en un fabuleux bestiaire de plus de 425 animaux, est un fragile et précieux message qu’ils semblent nous adresser depuis trente six mille ans.
Vraiment formidable !

  • Le choix des libraires : La poupée de Kafka (1 choix)Fabrice Colin Actes Sud, Arles, France– 30/01/2016

Un roman autour d’une énigme littéraire : ces fameuses lettres, jamais retrouvées, écrites par Kafka pour consoler une petite fille qui avait perdu sa poupée… Où sont les lettres ? Ont-elles réellement existé ? Qui est la fillette ?… Trois personnages centraux, un père érudit, spécialiste de Kafka, sa fille avec lequel les relations sont désastreuses et une vieille dame atrabilaire, au passé douloureux, pour tenter le dénouer le fil du songe ou celui du mensonge.
N’hésitez pas, c’est excellent !

Il était de ces aventuriers du 19e siècle, de ceux qui font rêver tant leur vie abonde en péripéties. Des voyages mouvementés sur des mers hostiles. La découverte peut être de l’Antarctique. Des rencontres extraordinaires, de Symmes Jr, celui qui imaginait le monde des Terres Creuses, à Edgar A. Poe ami poète, en passant par S. Lewis, marin baleinier en quête du gigantesque cachalot blanc surnommé Mocha Dick dont le récit inspirera peut être H. Melville pour l’un des plus grands romans du siècle…
A découvrir sans tarder le fabuleux destin de Jeremiah Reynolds dans le nouveau et excellent roman de Christian Garcin !

Nous voici dans un village paumé de l’Alentejo où vit Rosa. Rosa la belle qui enflamme le regard masculin, Rosa qui s’occupe de sa grand-mère devenue presque impotente à laquelle elle veut offrir un voyage en Terre Sainte avant qu’elle ne meure…. Avec la complicité de toute une galerie de personnages burlesques, ce rêve pourra se réaliser. Désopilant et grave, titillant l’épicurien Diogène et la religion, un roman qui déborde d’imagination et questionne la destinée avec une insolente lucidité dans un phrasé superbe.

Le quotidien d’une jeune femme au chômage, qui ne sait comment payer ses factures, raconté avec beaucoup de verve, de drôlerie, d’inventions littéraires ! C’est pétillant, déjanté et ne masque en rien les misères contemporaines, bien au contraire.
“Mais ne nous y trompons pas : ce n’est pas le chômage qui est drôle, c’est la littérature qui peut être une fête” précise l’auteur.
Jubilatoire !

  • Le choix des libraires : Le grand méchant renard (1 choix)Benjamin Renner Delcourt, Paris, France– 06/10/2015

Une fable toute en humour, poésie et tendresse au graphisme pétillant. Délicieuse BD à partager entre petits et grands, une vraie pépite ! ! !

  • Le choix des libraires : Après le silence (3 choix)Didier Castino Liana Levi, Paris, France– 19/09/2015

Un premier roman écrit sous forme de monologue, celui que Louis Catella, ouvrier dès l’âge de 13 ans dans une usine de fonderie, adresse à son plus jeune fils. Roman social dévoilant ainsi le portrait touchant et puissant d’un homme charismatique, militant syndical des années 60/70, communiste et croyant, mort si jeune à l’usine d’un effroyable accident de travail, laissant la famille dans le manque et le désarroi. Souvenirs intimes avec Rose, les enfants, les vacances, les amitiés fortes, la 2CV et «cette barre qui vous rentre dans le cul»sur le siège arrière. Roman sur la filiation, la quête d’identité dans cette absence paternelle, la honte d’être pauvre, fils d’ouvrier mort écrasé, sa grandeur aussi.
«Après le silence» un hommage littéraire au père «trop tôt disparu» absolument bouleversant et magnifique.