Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’infinitif complément

Auteur : Emmanuel Fournier

Texte d’une conférence prononcée au Centre de Poétique Comparée à l’invitation de Jacques Roubaud, à l’occasion de la parution de l’Infinitif des pensées aux Éditions de l’Éclat, l’Infinitif complément en est quelque sorte, selon les termes de l’auteur, « une postface précoce ou si l’on préfère, un complément ».

Comme nulle part aussi nettement, Emmanuel Fournier s’interroge sur la logique d’inachèvement contenue dans le mode infinitif – infinitif que l’on opposera donc aussi bien à conjugué ou à substantif que, singulièrement désormais, à définitif. De fait l’Infinitif complément a vocation d’articulation logique de tout le travail d’écriture, depuis Croire devoir penser, dont une citation et sa matrice sont ici découvertes (§ 11 de Croire devoir penser / § 11 de l’Infinitif complément), jusqu’à Mer à faire, dont l’Infinitif complément pourrait tenir lieu de « postface précoce » en en expliquant l’incipit, volontiers provocateur : « Dessiner la mer, qu’ai-je de mieux à faire désormais ? Quoi de plus vain, quoi de moins ? Il fait beau ce matin et j’ai achevé de penser. Et la mer est à faire, qui veille sur nous de si loin. »