Mark Twain, oeuvres

Couverture du livre Mark Twain, oeuvres

Auteur : Mark Twain

Date de saisie : 24/02/2010

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Robert Laffont

Collection : Bouquins

Prix : 30.00 � / 196.79 F

ISBN : 9782221102374

GENCOD : 9782221102374

Sorti le : 16/04/2004

  • Les presentations des editeurs : 23/12/2009

Une collection unique, souvent imitee, jamais egalee, qui explore tous les champs du savoir et de la litterature et qui est devenue, en moins de trois decennies, la bibliotheque ideale de l’honnete homme de notre temps. Chez �Bouquins�, nous publions aussi bien des dictionnaires d’histoire, de musique ou de litterature que des recits de voyage, des grands classiques de la litterature mondiale ou de l’art de vivre que des portraits de ville ou des textes sacres. Ils ont ete etablis par les meilleurs specialistes et font reference des leur parution. �Bouquins� s’adresse a tous ceux qui ont la passion de lire et de decouvrir, aussi bien a l’etudiant qu’au professeur ou a l’amateur de curiosites, bref a tous ceux qui croient encore qu’un bon livre reste l’un des plus merveilleux compagnons qui nous ait ete donne depuis que Gutenberg, avec ses caracteres de plomb et d’antimoine, ses moules en metal et ses poincons, a permis aux textes, parfois tires de la nuit de l’oubli, de rencontrer en Europe leurs lecteurs par milliers.

Mark Twain (1835-1910) est considere comme l’un des auteurs les plus importants de l’histoire litteraire americaine. Pionnier d’une ecriture �spontanee� – il a introduit le langage parle dans l’ecrit.
Les deux romans qui l’ont rendu celebre – Les Aventures de Tom Sawyer (1876) puis Les Aventures de Huckleberry Finn (1884) – ont exerce une influence considerable ainsi resumee par Hemingway : �Toute la litterature moderne americaine est issue d’un livre de Mark Twain, Huckleberry Finn. Avant, il n’y avait rien. Depuis, on n’a rien fait d’aussi bien.�

  • La revue de presse Jean Dutourd, de l’Academie francaise – Le Figaro

… Il est difficile d’etre plus americain que lui. Cela commence avec sa venue au monde, en 1835 ; il est fils de pionniers qui s’installent dans l’Etat du Missouri ou tout est a faire. En lisant sa vie, on a l’impression qu’il a accompagne ou symbolise l’evolution des Etats-Unis au XIXe siecle et, en meme temps, il est le prototype de l’ecrivain americain tel que l’a modele la legende. Il a fait tous les metiers : typographe, pilote de bateau a aubes sur le Mississippi, chercheur d’or, journaliste et pendant quelques semaines soldat dans l’armee sudiste au cours de la guerre de Secession… Mark Twain est un grand romancier, ne negligeant aucun aspect de son sujet, allant au fond de tous les caracteres qu’il depeint, de toutes les situations qu’il expose, ayant a chaque paragraphe des notations vraies ou subtiles, le tout teinte et comme illumine de l’interieur par un constant humour. Il ne ressemble en rien aux romanciers americains de son epoque : Poe, Melville, Henry James ni a ceux des generations suivantes. Je ne lui vois de parente qu’avec un auteur anglais : Thackeray, en moins feroce, neanmoins. Thackeray tue, tandis que Mark Twain egratigne.

La collection �Bouquins� avait publie un choix de romans de Mark Twain il y a quinze ans, parmi lesquels des titres peu connus tels que Un yankee a la cour du roi Arthur, Wilson tete de mou, Le Prince et le Pauvre. Elle reedite ce volume aujourd’hui. Ce genre de periodicite, cette perseverance du public pour un auteur mort depuis bientot cent ans s’apparente, je pense, au verdict de la posterite.