Sexus politicus

Couverture du livre Sexus politicus

Auteur : Christophe Deloire | Christophe Dubois

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Documents Essais d’actualite

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Documents

Prix : 20.90 €

ISBN : 978-2-226-17255-6

GENCOD : 9782226172556

  • Les presentations des editeurs : 04/09/2006

Mitterrand, entre deux dossiers, consacrait beaucoup de temps a son harem. Chirac nommait ses favorites au gouvernement. Ses disparitions nocturnes entrainaient l’inevitable question de Bernadette : ” Savez-vous ou est mon mari ce soir ? ” C’est ainsi : en France, sexe, amour et politique sont indissociables. Au XVIIIe siecle, la Maintenon et la Pompadour ont regne sur le coeur et la politique du roi. Aujourd’hui, presque rien n’a change : le pouvoir reste obsede par la conquete des femmes. Epouses, elles font partie des strategies presidentielles ; maitresses ou courtisanes, elles font parfois trembler l’Etat. La seduction est plus que jamais au coeur du systeme politique et de la course a l’Elysee. Pour la premiere fois, d’anciens Premiers ministres, des ministres passes ou en fonction, des conseillers et des hauts fonctionnaires evoquent ce sujet delicat en toute franchise. Rien n’y manque : ballets roses, espionnage, vendettas, pieges… Quant aux services de l’Etat, ils enquetent sur les candidats. La bataille qui menera a l’election presidentielle de 2007 sera impitoyable.

Christophe Deloire et Christophe Dubois, journalistes au Point et au Parisien, sont les auteurs de l’enquete sabotee et du best-seller Les Islamistes sont deja la.

  • La revue de presse Patrick Jarreau – Le Monde du 19 septembre 2006

La sexualite des responsables politiques est-elle un sujet de curiosite legitime pour les journalistes et pour leur public ? Longtemps negative, en France, la reponse a cette question tourne de plus en plus au positif, sous la pression de la presse people et d’une remise en question generale de la frontiere entre vie privee et vie publique. Christophe Deloire et Christophe Dubois, les auteurs de Sexus politicus, disent avoir recu un bon accueil aupres des personnalites qu’ils ont sollicitees pour leur enquete…
Ce livre a le merite de traiter calmement, sans sensationnalisme, un sujet propre a nourrir les fantasmes. Des intrigues qui ont fait l’objet de rumeurs pernicieuses sont exposees de facon simple et souvent convaincante. Mais le serieux, surtout en ces matieres, ne va pas, a la longue, sans ennui. Bien des “affaires” ici detaillees etaient eventees depuis longtemps. Surtout, une fois la loi du silence enfreinte ou abrogee, la realite qu’elle protegeait semble terne.
Et le livre laisse sans reponse la question suivante : si le pouvoir rendait les hommes seduisants aux yeux des femmes, qu’en est-il maintenant qu’elles y accedent, a egalite ou presque avec eux ?

  • Les courts extraits de livres : 04/09/2006

Villepin fait rire avec sa maitresse

Le 1″ septembre 2005, Dominique de Villepin effectue sa rentree sous forme d’une conference de presse. Devant un parterre de journalistes, le Premier ministre annonce une reduction de l’impot sur le revenu pour 2007. L’heure d’un premier bilan, alors que, en reference a Napoleon, se profile le cap des cent jours passes a Matignon. Au micro, Villepin evoque le souvenir de son institutrice qui, lorsqu’il avait dix ans, inscrivait sur sa copie : Se donne beaucoup de mal, mais peut mieux faire. Villepin ne dit pas mon institutrice, mais ma maitresse. L’expression n’a rien d’un lapsus, les enfants et leurs parents parlent ainsi. Pourtant, une partie des journalistes s’esclaffe. Meme un ministre important du gouvernement, a cote de Villepin, etouffe un rire. Quelle est donc la raison de cette etrange hilarite ? Le Tout-Paris politico-mediatique a en tete un incident survenu plusieurs mois auparavant au tres select Racing Club du bois de Boulogne. Ce jour-la, Marie-Laure de Villepin, l’epouse de celui qui n’est pas encore Premier ministre, aurait eu une violente prise de bec avec une jeune et elegante pharmacienne du VIIIe arrondissement qui, a son gout, serrait de trop pres son mari. L’altercation, deplacee dans un club aussi distingue, n’est pas restee tres discrete, et une journaliste de TF1 membre du Racing, en a beaucoup parle dans sa redaction. L’information a fait le tour de la capitale, non sans quelques amendements. Comme les virus, les rumeurs mutent, pour mieux survivre. Selon des proches du Premier ministre, toute cette histoire est le fruit de l’imagination de cette pharmacienne, qui aurait cherche a se donner une certaine importance en inventant ce geste dont elle aurait ete la victime : De toute facon, le reglement du Racing est tres strict. Ce genre d’ecart aurait signifie une exclusion immediate.