Aie, mes aieux! : liens transgenerationnels, secrets de famille, syndrome d’anniversaire et pratique du genosociogramme

Couverture du livre Aie, mes aieux! : liens transgenerationnels, secrets de famille, syndrome d'anniversaire et pratique du genosociogramme

Auteur : Anne Ancelin Schutzenberger

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Desclee De Brouwer, Paris, France | La Meridienne, Paris, France

Prix : 23.00 €

GENCOD : 9782220057460

Francois Attia – 15/02/2007

  • Les presentations des editeurs : 24/01/2007

Aie, mes aieux !
Liens transgenerationnels, secrets de famille, syndrome d’anniversaire transmission des traumatismes et pratique du genosociogramme

Anne Ancelin Schutzenberger livre dans cet ouvrage, a travers son analyse clinique et sa pratique professionnelle de pres d’une vingtaine d’annees, une therapie transgenerationnelle psychogenealogique contextuelle.
En langage courant, ceci signifie que nous sommes un maillon dans la chaine des generations et que nous avons parfois, curieusement, a payer les dettes du passe de nos aieux. C’est une sorte de loyaute invisible qui nous pousse a repeter, que nous le voulions ou non, que nous le sachions ou pas, des situations agreables ou des evenements douloureux. Nous sommes moins libres que nous le croyons, mais nous avons la possibilite de reconquerir notre liberte et de sortir du destin repetitif de notre histoire, en comprenant les liens complexes qui se sont tisses dans notre famille.
Ce livre passionnant et truffe d’exemples s’inscrit parmi les toutes recentes recherches en psychotherapie integrative. Il met particulierement en evidence les liens transgenerationnels, le syndrome d’anniversaire, le non-dit-secret et sa transformation en un impense devastateur.

Psychotherapeute, groupe-analyste et psychodramatiste de renommee internationale, Anne Ancelin SCHUTZENBERGER est l’auteur de nombreux ouvrages. Professeur emerite enseignant a l’universite de Nice et directeur pendant une vingtaine d’annees du Laboratoire de psychologie sociale et clinique, elle anime des seminaires de moniteurs et therapeutes de groupes en France, en Europe et a travers le monde.

  • Les courts extraits de livres : 05/02/2007

Quoi qu’il en soit, Jung complete les travaux de Freud par la mise en evidence de synchronies et ce qu’il appelle l’inconscient collectif.
C’est l’inconscient collectif qui nous travaille, selon Jung, inconscient transmis de generation en generation, dans la societe, et qui accumule l’experience de l’humain ; il est inne et donc il existe, hors de tout refoulement et experience personnelle. Ce concept aurait evidemment des retombees theoriques de taille, comme aussi dans la conduite de la cure.
Bien que mon choix soit fait de par ma formation freudienne, je pense que le temps des querelles d’ecoles est depasse : c’est hors de mon propos donc de prendre position pour ou contre Jung. Mais ce qu’il faut relever c’est l’idee de transmission de generation en generation, et de synchronies ou coincidence de dates.
Il faut aussi rappeler que si c’est Freud qui a decouvert l’inconscient, le non-exprime, l’ame collective, si Jung a introduit l”inconscient collectif, c’est Moreno qui pose le postulat du co-conscient et du co-inconscient familial et groupai. A peu pres a la meme epoque, dans les annees 60-70, Francoise Dolto, Nicolas Abraham, et leurs eleves, ainsi que Ivan Boszormenyi-Nagy, se posent le probleme complexe de la transmission transgenerationnelle de conflits non resolus (haines, vengeances, vendettas) de secrets, non-dits, de morts prematurees et du choix de la profession.
La connaissance se construit par accumulation, et tout d’un coup la nouvelle donne emerge. Lorsqu’on suit une psychanalyse, on avance, mais on ne sait plus ou, et puis tout d’un coup, le sens emerge.
C’est comme si brusquement il y avait – dirait Lacan -comme un point de capiton joignant plusieurs epaisseurs du vecu – et le sens devient lumineux.
Chaque therapeute, qu’il soit psychanalyste ou se reclame d’autres courants, fait partie d’une filiation, dont il fait sienne la theorisation. Mais souvent la clinique va a l’encontre des dogmatismes et, dans la pratique, nous faisons des concessions, avouees ou pas6. C’est surtout la facon dont le therapeute accueille, ecoute, entend et observe son client qui est essentielle.

  • Les courts extraits de livres : 24/01/2007

De l’inconscient au genosociogramme

Notre vie a chacun est un roman. Vous, moi, nous vivons prisonniers d’une invisible toile d’araignee dont nous sommes aussi l’un des maitres d’oeuvre. Si nous apprenions a notre troisieme oreille, a notre troisieme oeil, a saisir, a mieux comprendre, a entendre, a voir ces repetitions et ces coincidences, l’existence de chacun deviendrait plus claire, plus sensible a ce que nous sommes, a ce que nous devrions etre. Ne pouvons-nous pas echapper a ces fils invisibles, a ces triangulations, a ces repetitions ?
Nous sommes finalement, d’une certaine facon, moins libres que nous le croyons. Pourtant, nous pouvons reconquerir notre liberte et sortir de la repetition, en comprenant ce qui se passe, en saisissant ces fils dans leur contexte et dans leur complexite. Nous pouvons enfin vivre ainsi notre vie, et non celle de nos parents ou grands-parents, ou d’un frere decede, par exemple, et que nous remplacons, a notre su ou insu…
Ces liens complexes peuvent etre vus, sentis ou pressentis, du moins partiellement, mais generalement on n’en parle pas : ils sont vecus dans l’indicible, l’impense, le non-dit ou le secret.
Mais il y a un moyen de modeler et ces liens et nos desirs, pour que notre vie soit a la mesure de ce que nous desirons, de nos vrais desirs, de ce dont nous avons profondement envie et besoin (et non de ce dont on a envie pour nous) pour etre.
S’il n’y a ni hasard ni necessite, on peut toutefois saisir sa chance, chevaucher son destin, tourner le sort defavorable et eviter les pieges des repetitions transgenerationnelles inconscientes.
Que notre vie soit l’expression de notre etre profond, c’est cela, au fond, le travail de la psychotherapie et de la formation. Apres s’etre decouvert et compris lui-meme, le psychotherapeute est mieux a meme d’entendre, de percevoir, de voir, de presque deviner ce qui est a peine exprime. C’est parfois manifeste par la douleur, la maladie, le silence, le langage du corps, l’echec, l’acte manque, la repetition, les malheurs et difficultes existentielles de son client.

Informations legales – Programmation : Olf Software – Accessibilite, CSS et XHTML : Gravelet Multimedia