Les dravasses

Auteur : Jean-Daniel Robert

Date de saisie : 14/06/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Efi, Lisses, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782970042983

GENCOD : 9782970042983

Sorti le : 14/06/2008

  • Les presentations des editeurs : 24/08/2011

Il n’avait jamais vu ca. Une bourrasque, et non pas une quelconque bestiole. Un ouragan, oui, qui tourne autour du chalet, souleve les poutraisons, s’insinue sous l’auvent, dans la grange. Vite, fermer, bloquer tout ce qui pourrait s’ouvrir. L’air s’echine, il souleve tout un monde. Gargantuesque; on dirait qu’on a vide des boites d’allumettes, par milliers. Les troncs se mordent les uns, les autres, se cognent aux pierres.

Une saga valaisanne et savoyarde dont les ingredients sont le silence, l’aveuglement, la jalousie, la haine hereditaire, les non dits. Jean-Daniel Robert connait son sujet et nous emmene haletant dans le dedale des intrigues familiales, veritable noeud de vipere au denouement incertain. L’auteur est un poete et cela se sent des les premieres pages, l’evocation de la nature suggere bien des echos. Ne a Chene-Bougeries, pres de Geneve en 1949. Marie et pere de trois filles, Jean-Daniel Robert a obtenu un diplome superieur de commerce en 1970, avant de devenir animateur pastoral a Geneve. Auteur de plus d’une dizaine de recueils poetiques, il collabore a de nombreuses revues.

  • Les courts extraits de livres : 24/08/2011

Et puis, un beau jour, les aisselles ont rattrape les seins… La tumeur a fait des petits. Ils ont prolifere, genetique infernale. Pour une fois, ils etaient tous d’accord. Tous du meme avis : elle devait partir ; elle en savait trop.
Claire Hebert cessa de souffrir le………… Le fait d’etre vivante etait une menace pour tout le village et bien plus loin encore. Elle savait tant de choses, avait connu tant d’hommes. Anciens amants, anciens locataires estivaux, un chef de la surete, a la Ville, maintenant a la retraite. Ces gens des villes, ils ont parfois la langue et l’oreille longues. Et dans la Ville, les villageois exiles etaient nombreux a l’Amicale du Canton originel. Certains soirs de Fendant abondant, on parlait beaucoup.
Jibi, le cousin de la Ville, y avait entendu des mots. De meme dans le petit train grenat, entre les deux bourgades de la plaine fluviale. Des mots vengeurs, triomphants. Par ailleurs, il etait le confident de Claire. Elle lui disait la progression de la maladie, mais aussi les fruits de son enquete a elle.