Les chevelues

Auteur : Benoit Severac

Date de saisie : 15/11/2007

Genre : Policiers

Editeur : Tourisme medias editions, Labege, France

Collection : Collection noire d’histoire

Prix : 18.50 €

ISBN : 978-2-915188-11-0

GENCOD : 9782915188110

Sorti le : 15/11/2007

Les editions TME qui publient des livres essentiels sur Toulouse et sa region ont lance depuis un an une nouvelle collection : “noire d’Histoire”. Des romans policiers historiques, une facon originale de decouvrir le patrimoine et les terroirs de la region. “Les chevelues” est le premier titre publie dans cette nouvelle collection. Et c’est, dans le genre, une reussite. De prime abord assez reticent a m’embarquer dans un polar gaulois, j’ai neanmoins ete vite conquis tant par le sujet que par le rythme de ce livre.
Les Romains dominent le monde connu de la lointaine Asie a l’Armorique celtique, du Nil au Danube.
L’empereur Auguste a decide de faire de Lugdunum Conventarum, au pied de l’actuel St Bertrand de Comminges, une ville qui incarnerait la Pax Romana entre Gaulois et Romains.
Cracius est satisfait : non seulement sa famille est riche et influente a Rome, mais sa beaute, son charisme, ses talents de festoyeur, son imagination, sa force physique ont fait de lui le chef inconteste des jeunes aristocrates romains desabuses de Lugdunum Conventarum. Il vient de quitter Epotsorovida, sa nouvelle et belle conquete gauloise, dans les bras de laquelle il a tente d’oublier qu’il est loin de Rome et de sa voluptueuse debauche, de son raffinement, de ses fastes. Alors qu’il se delecte au petit matin en rentrant chez lui de l’odeur de la Gauloise encore presente sur ses doigts et sur ses levres, il est sauvagement assassine.
D’autres crimes suivront qui vont remettre en cause le fragile equilibre de la Pax Romana et pourraient occasionner des changements dans la magistrature de la ville. Il est donc essentiel de trouver vite des coupables, sinon les coupables, et de restaurer l’ordre. Hadrainus Tavius, premier magistrat de la ville, pouvait jusque la s’enorgueillir des rapports pacifiques, pas toujours simples, qu’il avait su instaurer avec les gaulois. Son idee de les associer a la gestion de la cite avait permis la romanisation de ce bout de terre, blottie contre les Pyrenees. Il charge un centurion, Valerius, d’enqueter sur la mort de Cracius et celles qui ont suivi en lui ordonnant de ne rechercher le coupable ni parmi les riches familles romaines, ni parmi les riches familles gauloises…
Valerius n’a que quelques jours pour mener son enquete avant l’arrivee de la legion romaine depechee de Tolosa.
Au-dela de l’enquete aux rebondissements varies menee par Valerius, nous sommes plonges en plein dans la politique locale, les luttes d’influence, les strategies de maintien et/ou de prise de pouvoir. Tout cela est fort bien decrit, credible et tout a fait captivant.
Ce livre pittoresque se lit d’une traite.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Harero court a en perdre haleine. Il court sans se soucier des pierres qui meurtrissent ses pieds, sans penser a ses betes qu’il a laissee la-haut, il court sans essayer de rattraper son baton qui vient de s’accrocher a un buis et de lui echapper.
Il court, sans se retourner.
Il y a des jours et des lieux pour mourir, ou pour voir la mort… des jours ou l’on s’y attend ; mais pas a dix ans, pas cet apres-midi, pas dans cette herbe parmi les fleurs au milieu des paturages…

Au pied de l’actuel Saint-Bertrand-de-Comminges, dans la paisible civitas de Lugdunum Convenarum, une vague de crimes ravive les haines et fait vaciller le fragile equilibre de la toute nouvelle Pax Romana. Valerius Falco n’a que quelques jours pour mener son enquete avant l’arrivee de la legion romaine depechee de Tolosa.

Un polar etonnant qui nous plonge avec violence dans l’Antiquite du Sud-Ouest de la France.

Benoit Severac s’est d’abord fait connaitre par ses nouvelles : laureat en 2002 du Lecteur du val avec Le gage et en 2004 du concours Encre de Garonne avec Silence, il publie en 2007 Le canal aux trousses dans l’ouvrage Canal du Midi (ed. Gelbart – collection patronnee par l’UNESCO).
Le Comminges ou il a grandi est le theatre de son premier roman Les chevelues.