Au nom de la loi

Auteur : Didier Daeninckx | Valere Staraselski

Date de saisie : 19/06/1998

Genre : Documents Essais d’actualite

Editeur : Paroles d’aube, Grigny, Rhone

Prix : 5.34 / 35.03 F

ISBN : 2-84384-014-7

GENCOD : 9782843840142

Sorti le : 19/06/1998

  • Les presentations des editeurs : 07/10/2008

Negationnisme : doctrine niant la realite du genocide des juifs par les nazis, notamment l’existence des chambres a gaz, indique le petit Larousse illustre.
Sur les 70 000 juifs environ, deportes de France vers les camps d’extermination de Pologne, pendant la Seconde Guerre mondiale, 3 000 d’entre eux sont revenus. Soit 3 %.
Au total, ce sont entre cinq et six millions de juifs qui ont ete extermines par les nazis.
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, venu a la fois de l’extreme droite et de l’extreme gauche, le negationnisme a pris aujourd’hui des proportions telles qu’il est utilise sur le plan politique. Au seuil de l’an 2 000, la haine du juif, une nouvelle fois, est en passe de federer un mouvement politique.
Devant l’offensive menee par les forces negationnistes, l’incredulite puis la stupeur ont peu a peu fait place au combat. Combat par l’histoire, par le temoignage, par l’engagement politique, par la loi… Dans Au nom de la loi, Didier Daeninckx et Valere Staraselski ont precisement choisi de dire la legitimite, selon eux, de la loi Gayssot, cible de toutes les attaques de l’extreme droite. Ils ont par ailleurs interroge Jean-Claude Gayssot qui presenta cette loi, qui fut votee par le Parlement en 1990, tendant a reprimer, selon ses propres termes, tout acte raciste, antisemite ou xenophobe. Le texte integral de la loi, enfin, est offert a la connaissance des lecteurs.
Avec Au nom de la loi, les auteurs entendent affronter les negationnistes et leurs amis : ces homicides de la notion meme d’humanite.

  • Les courts extraits de livres : 07/10/2008

Pourquoi nier la shoah ?

“Le nazisme est mort, et bien mort, avec son Fuhrer. Reste aujourd’hui la verite. Osons la proclamer. L’inexistence des “chambres a gaz” est une bonne nouvelle pour la pauvre humanite. Une bonne nouvelle qu’on aurait tort de tenir plus longtemps cachee.”

Pour qui ouvrait ce journal, date du 29 decembre 1978, a la page huit, la soi-disant bonne nouvelle apparaissait dans un article signe par un denomme Robert Faurisson, article publie sous le titre “Le probleme des chambres a gaz” ou “La rumeur d’Auschwitz”. Depuis, la rumeur n’a cesse d’enfler.

En fait, cette flagrante negation de l’histoire aura servi, sert et servira a reviser l’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour cause de guerre ideologique.

Ainsi, en septembre 1987, Jean-Marie Le Pen, president du Front national, interroge lors d’une emission radiophonique avait declare que “les chambres a gaz etaient un point de detail de l’histoire de la Deuxieme Guerre mondiale”. Au journaliste qui manifestait quelque peu son etonnement, le president du Front national avait replique : “Voulez-vous me dire que c’est une verite revelee, a laquelle tout le monde doit croire, que c’est une obligation morale ?”