Memoires d’un chat des villes

Auteur : Alain Gravelet

Date de saisie : 25/11/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Poonai, Paris, France

Prix : 11.80 €

ISBN : 978-2-918192-00-8

GENCOD : 9782918192008

Sorti le : 25/11/2008

  • Le courrier des auteurs : 25/11/2008

Tout le monde aime les livres. Regardez, meme Petit Meo, l’un de mes chats, adorait escalader les etageres de ma bibliotheque, et se balader sur la cime des livres, rampant lorsque ceux-ci rejoignaient presque l’etagere superieure. Il explorait chaque recoin de ces montagnes grandeur chat, humait les senteurs de vieux papier, eternuait lorsqu’il croisait une poussiere oubliee, puis s’allongeait en haut de la pile des romans ou des ouvrages d’art, et laissait se balancer nonchalamment une pate qui finissait invariablement par heurter un bibelot. Quelle aurait ete sa joie d’etendre son terrain de jeu aux rayons innombrables d’une librairie entiere. Des kilometres d’etageres en guise de savane. Et allez savoir, peut-etre y aurait-il croise une improbable souris, avec laquelle il aurait organise une course poursuite impitoyable, avant de se reposer sur la pile de livre la plus proche du radiateur.

D’une certaine facon cela est possible. Grace a vous amis libraires. Glissez ce livre dans vos rayons, ou mieux encore, exposez le bien en vue, et ce sont tous mes chats qui la nuit, lorsque vous aurez eteint les lumieres et baisse les rideaux metalliques de vos librairies, ce seront tous mes chats, disais-je, qui s’approprieront les lieux, et qui parcourront vos livres, laissant ca et la quelques traces de pattes et des poils noirs et blancs.

Alain Gravelet

  • Les presentations des editeurs : 25/11/2008

Un roman drole et attachant, ou comment un chat voit la vie, celle des chats bien sur, mais aussi celle des hommes avec qui il vit. Une oeuvre sensible parlant d’amitie, d’amour, de sexe, de cuisine, de jeux, mais aussi de la maladie et du souvenir.

Moi c’est Kochka. Je suis le narrateur de cette histoire, et comme mon nom l’indique en russe, je suis un chat.
A mon arrivee dans cette maison, il y avait deja Meo, plus age que moi, c’est lui qui m’a accueilli et eleve. Meo est un rebelle, chat aventurier et sexuellement deviant. Neko arrivera ensuite, il a les poils longs et est tout noir. Petit Meo est notre fils, ou plutot le mien. Neko et moi sommes tous les deux des males, et nous nous sommes occupes chacun notre tour de la belle Patsy lors de son sejour chez nous, moi de service de jour et lui de nuit, mais je sais que c’est moi le pere.
Deux humains habitent aussi chez nous, Alain et Crocus, ce sont eux qui m’ont ramene ici il y a environ deux ans.
Vous ferez egalement la connaissance d’autres personnages aux roles aussi furtifs qu’importants, d’autres chats, des chiens en peluche, un vrai chien, bouledogue francais femelle au caractere hysterique, d’autres hommes et femmes, et une profusion de croquettes de toutes les couleurs

Alain Gravelet

Alain est un passionne, il aime les voyages au long cours, l’Asie en particulier, la photographie, les animaux, l’informatique, et bien sur l’ecriture. Son travail (rendre le contenu des sites Internet accessible aux personnes handicapees, entre autres les aveugles et les mal-voyants) lui vaut la reconnaissance de la profession.
Artiste a plusieurs facettes, Alain est aussi photographe, et ses longs voyages autour du monde (Chine, Viet Nam, Cambodge, Inde, Cuba, Canada…, en tout plusieurs annees) sont autant d’occasions de ramener des cliches, visibles aujourd’hui sur son site Internet (voir : www.gravelet.net).
Plusieurs annees de vie commune avec des chats lui donnent l’idee de ce premier roman, une sorte d’hommage a ses compagnons les plus fideles.

  • Les courts extraits de livres : 25/11/2008

Je me souviens encore de la premiere fois ou je l’ai vu. La journee se deroulait comme les precedentes, j’etais allonge dans le jardin, laissant le soleil me chauffer doucement tandis qu’une legere brise matinale me caressait le dos, peignant doucement mes poils. Un brin d’herbe me chatouillait gentiment le nez, entrant et sortant de mes narines au rythme de ma respiration. Alors que j’etais sur le point d’eternuer, je l’ecartais d’un leger mouvement de patte, puis je le croquais a la base avant de jouer avec le suivant. J’observais mon frere presque jumeau, qui, au loin, essayait de motiver notre mere pour une course-poursuite a travers les massifs de fleurs. Nous avions a peine deux mois, et elle commencait deja a nous considerer autrement, nous n’etions plus tout a fait ses petites boules de poils adorees, mais des chats a part entiere. De mere, elle devenait chatte, et se detachait de son role maternel, estimant celui-ci accompli, et nous deux prets a suivre notre instinct. Nous ne partagions evidemment pas cet avis, et dix fois par jour nos petites bouches affamees cherchaient les mamelles qu’elle essayait maintenant de nous refuser.