Le Verrier, savant magnifique et détesté.

Auteur : James Lequeux

Date de saisie : 12/09/2009

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Editeur : EDP sciences, Les Ulis, France

Collection : Sciences & histoire

Prix : 32.00 €

ISBN : 978-2-7598-0422-1

GENCOD : 9782759804221

Sorti le : 11/06/2009

  • Le courrier des auteurs : 09/09/2009

1) Qui êtes-vous ?
Je suis astronome émérite à l’Observatoire de Paris, et depuis plusieurs années je me consacre à l’histoire de l’astronomie, particulièrement au 19e siècle qui est paradoxalement bien moins étudié que les siècles précédents.

2) Quel est le thème central de votre livre ?
On peut être à la fois un astronome génial, un grand organisateur et le fondateur de la météorologie moderne, et un homme odieux. Le Verrier en est un exemple (il y en a d’autres !). Sa figure contraste avec celle de son prédécesseur François Arago, auquel j’ai consacré également un livre : Arago était certes moins génial, mais infiniment plus ouvert, sympathique et généreux. Je dois avouer être en empathie profonde avec lui, et il m’a été difficile au contraire d’être tout à fait objectif avec Le Verrier ; j’ai essayé de m’y employer, et j’espère que les lecteurs me suivront dans cette aventure.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de votre livre, laquelle choisiriez-vous ?
Comme j’aime bien laisser parler les acteurs de l’histoire, ce sera une citation d’une interview de Gaillot, l’unique élève de Le Verrier :
” [Le Verrier] avait généralement raison dans le fond et tort dans la forme ” (p. 89).

4) Si votre livre était une musique, quelle serait-elle ?
Certainement une musique romantique du 19e siècle : le Verrier est tellement de son époque ! Ce pourrait être du César Franck (qui a donné des leçons à la fille de Le Verrier, excellente musicienne). Je pense en particulier à son sombre quintette pour piano et cordes, composé en 1878-79, juste après la mort de Le Verrier.

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Je voudrais surtout partager à mes lecteurs mon goût pour une période un peu méprisée de l’histoire, à travers une de ses institutions les plus caractéristiques – l’Observatoire de Paris – et quelques acteurs “bien de leur époque”, et leur montrer que les savants sont des hommes comme les autres, avec leurs grandeurs et leurs faiblesses.

  • Les présentations des éditeurs : 13/04/2009

Après sa biographie scientifique de François Arago, James Lequeux présente dans cet ouvrage celle de son successeur à l’Observatoire de Paris, Urbain Le Verrier. Difficile d’imaginer hommes aussi dissemblables. Autant Arago, un vrai romantique, était extraverti et généreux, autant Le Verrier ne pouvait que travailler seul et avait des rapports difficiles avec les autres. Mais c’était un magnifique savant. Il a découvert Neptune par le calcul, «du bout de sa plume», et accompli une oeuvre immense dont avaient rêvé bien d’autres sans pouvoir la réaliser : la théorie complète du mouvement des planètes dans le Système solaire. Il a réorganisé l’astronomie française, dans la douleur il est vrai, et mis en place un service météorologique international très efficace, ancêtre de Météo France. Personnage fascinant, Le Verrier a traversé son époque au milieu des haines et des controverses ; cependant, son oeuvre a constamment été admirée, même de ses pires ennemis, et en a fait l’astronome le plus célèbre du milieu du XIXe siècle.

James Lequeux, astronome à l’Observatoire de Paris, travaille, après une longue carrière de recherche et d’édition scientifique, à l’Histoire de l’astronomie. Il est notamment l’auteur de «L’Univers dévoilé, une histoire de l’astronomie de 1910 à nos jours» (EDP Sciences, 2005) et de «François Arago, un savant généreux ; physique et astronomie au XIXe siècle» (EDP Sciences, 2008).

Informations légales – Programmation : Olf Software – Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia