L’océan noir

Auteur : William Wilson

Préface : Catherine Clément

Date de saisie : 03/06/2009

Genre : Jeunesse à partir de 9 ans

Editeur : Gallimard-Jeunesse Giboulées, Paris, France

Prix : 15.90 €

ISBN : 978-2-07-062523-9

GENCOD : 9782070625239

Sorti le : 17/04/2009

“Si le racisme est difficile à combattre, c’est probablement qu’il a des racines beaucoup plus profondes que la simple ignorance ou la perversité dominatrice”.

William Wilson

Océan noir c’est l’histoire du peuple noir du XVe siècle à aujourd’hui et des liens tourmentés et complexes qui unissent trois continents : l’Afrique, l’Europe et l’Amérique. Issu de ce métissage, William Wilson, artiste plasticien né d’une mère française et d’un père togolais, nous livre chaque moment clé de cette histoire, de l’esclavage à l’indépendance, en passant par la colonisation et les combats contre la ségrégation à travers un texte et 18 tentures réalisées selon l’art traditionnel béninois.
Océan noir est un objet curieux et unique, un livre atypique et magnifique à mettre entre toutes les mains. Et chacun, africain, américain ou européen de s’interroger sur les traces de ce passé loin d’être révolu puisqu’il détient les clés de notre compréhension du présent. Un album placé sous le signe Sankofa : “retourne-toi et prends”, autrement dit “apprends du passé”
Par ailleurs, les tentures réalisées pour ce livre sont présentées à la galerie Philippe Lawson (Paris VIe) jusqu’au 23 mai et devraient voyager (on l’espère) en province.

  • Les présentations des éditeurs : 14/07/2012

Né d’une mère française et d’un père togolais, William Wilson découvre à l’adolescence le roman de sa lignée africaine, formée de princes, de grands commerçants du Togo et du Bénin, tous hommes et femmes de premier rang qui ont façonné l’histoire de leur pays. Le métissage enflamme alors son imaginaire d’artiste plasticien, au point de devenir la source d’une expression graphique singulière et de provoquer une prise de conscience identitaire.

L’Océan noir retrace l’histoire des hommes noirs, qu’ils soient puissants rois africains ou actifs marchands d’esclaves, captifs emmenés vers le continent américain et transportant avec eux leur culture et leurs traditions, nègres marrons enfuis dès l’arrivée et se cachant dans la forêt avec la complicité des Indiens, élites éduquées de la cour du royaume Mina, Noirs américains se rassemblant sous la bannière pacifiste de Martin Luther King ou celle, plus offensive, des Black Panthers, musiciens noirs, artistes noirs, guerriers noirs, peuple noir.

Pour raconter cette extraordinaire odyssée, William Wilson choisit la pratique séculaire de «l’appliqué», art traditionnel de la cour du Bénin. Il réalise, avec la complicité des maîtres tenturiers toujours en activité à Abomey, au Bénin, dix-huit grandes tentures de coton, comme autant de moments clefs de l’histoire d’un peuple qui est aussi celle de la traversée de l’océan noir.