La calendrier nature, tradition imaginaire et inconscient

Couverture du livre La calendrier nature, tradition imaginaire et inconscient

Auteur : Nelly Jolivet

Date de saisie : 13/10/2011

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : Ateliers de l’Hermitage, Saint-Hilaire-sur-Yerre, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 9782953721508

GENCOD : 9782953721508

Sorti le : 29/09/2010

  • Le courrier des auteurs : 13/10/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis psychologue-psychanalyste, j’ai été comédienne, relation publique, prof d’anglais, femme de chambre, serveuse, aide-soignante, apprentie d’un medecine man Balckfoot, manager dans la finance…
J’ai vécu en Allemagne, en Angleterre, aux USA.
Je suis Bretonne par naissance et par goût. Ce livre est un hommage à mes aïeux qui savaient tant de “petites” choses.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Les métamorphoses de la nature contiennent en elle’ même les métaphores de la vie.
L’imaginaire est un outil créatif alors que nos divers systèmes de croyances nous limitent…
Les Traditions quand elles ont du sens permettent un ancrage à Mère la Terre et célèbrent ses cycles en général. Toute quête spirituelle, métaphysique sans cet ancrage est vouée à l’échec. Nous avons besoin de racines, de repères, d’un nom pour nous orienter.
Vous trouverez mon livre dans certaines librairies au rayon Spiritualités, ailleurs à Psychanalyse, ou Développement de soi, ou encore Parapsychologie.
Ouvrage transversal dont un lecteur m’a écrit qu’il s’agissait d’une “écologie mystique”.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Question la plus difficile, mais mon choix se porte sur une extrait à la partie pratique du livre, car c’est là le coeur de l’ouvrage et la raison d’être du livre.
… vous allez défricher votre jardin secret
Quel est ton jardin secret, je te dirai quelles fleurs aiment y pousser
Secret et sacré. Le vôtre à nul autre pareil Pour le dé-couvrir, le connaître mieux et vous y prélasser avec délice, je vous invite à répondre à ces 3 questions…

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Les quatre saisons de Vivaldi

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Changez d’état d’esprit et vous changerez votre vie.
Ne confondez pas le fond avec la forme
Célébrez la vie, ses cycles…sous toutes les formes
Établissez une alliance sacrée avec la terre.

  • Les présentations des éditeurs : 13/10/2011

“Regarder la nature vivre, s’en imprégner et s’en inspirer, telle est l’alternative que je prône afin de renouveler notre alliance avec la Terre. Je suis persuadée que cette alternative permet à l’Homme de mieux vivre et se développer, qu’elle permet à la Terre de mieux vivre et se régénérer. J’ai tenté de faire un pont entre l’imaginaire du temps vécu passivement et un imaginaire du temps accompagné, une Alliance sacrée.”

Le Calendrier Nature présente un choix de vie, une certaine conscience du temps et de l’environnement. Les traditions, l’imaginaire et l’inconscient sont sources d’inspiration et tissent un fil d’Ariane.

La première partie de l’ouvrage déroule une histoire du temps, tandis que la seconde nous propose d’être en symbiose avec le calendrier lunaire. Ceci, grâce à une introspection, un questionnement, des exercices pratiques… qui ne nous emmènent jamais loin de l’héritage religieux et païen du calendrier solaire.

L’auteur conclut par un retour aux origines du livre, ses racines, ses rencontres avec la vie. De l’hiver à l’automne, la ronde se poursuit à l’image des saisons qui passent. Et cela a du sens…

Nelly Jolivet est psychologue psychanalyste et partage sa vie entre Paris et la campagne. Sur son site, www.nellyjolivet.com, vous trouverez des extraits d’interviews qu’elle a donnés notamment à Psychologies. Avant de devenir psychologue, elle a travaillé dans la finance et a vécu aux États-Unis où elle a été l’apprentie d’un homme medecine de la tribu des Blackfoot. Elle est aussi membre professionnel de l’Institut Monroe (Virginie).
Son livre ouvre notre collection Feuilles : quête sur l’essence et les sens des temps, leur impact et comment accompagner en conscience cette ronde annuelle.

  • Les courts extraits de livres : 16/10/2010

Extrait de l’avant-propos

Les frontières de l’imaginaire ne sont pas figées : elles bougent en même temps que la société évolue, tant d’un point de vue scientifique que d’un point de vue social et culturel, ce qui semblait impossible devient alors possible. Exemples :
l’homme a marché sur la lune, si quelqu’un l’a déjà fait, ce n’est plus impossible, c’était donc possible.
il y a eu des attentats impensables “réussis”, donc cela peut réellement arriver, le fait que ce soit faisable suffit à pouvoir le penser.
des mineurs ont vraiment tué un adulte parce qu’ils n’étaient pas contents… Etc, etc.
Ce qui est pensable est faisable, pourrait-on dire sans autre critère de jugement.

Le pouvoir de l’Imaginaire est un pouvoir créatif mais aussi évolutif ; par conséquent, il structure le sens du monde et de la vie, ainsi que les limites entre
faisable et non faisable, nous sommes actifs
possible et non possible, nous sommes passifs
pensable et non pensable, nous imaginons
compréhensible et énigmatique, nous inventons ou doutons. Nous ne sommes pas conscients de ce livre d’images, mais, quelque part, il est illimité. Aussi, ce livre est un manuel, un livre d’histoire(s) et d’images.

Notre société, depuis l’aube de l’humanité, s’est organisée autour de la notion du temps, celui qui passe et celui de la météorologie. Il fut une époque où ces deux conditions s’harmonisaient avec l’homme qui traversait sa vie grâce à son observation respectueuse des cycles naturels et de l’espace dans lequel il vivait.

Aujourd’hui, nous essayons d’abolir le cycle du temps et nous en gagnons ou nous en perdons, nous faisons souvent partie de familles recomposées; nous voyons les jours comme des journées les unes derrière les autres.

L’homme, en conséquence, grandit hors de la sphère d’intelligence avec la nature dont, à mon sens, il s’est exclu lui-même. Ce faisant, au-delà de tout flux migratoire et contrairement aux oiseaux, il a perdu des repères et des racines. Sa place physique, ce sentiment intemporel d’exister a l’intérieur d’un groupe soumis aux mêmes conditions vitales, a disparu. Le temps est pourtant créateur d’espace.