Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’oeil du purgatoire

Auteur : Jacques Spitz

Preface : Bernard Eschasseriaux

Illustrateur : Olivier Bramanti

Date de saisie : 24/10/2008

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : Arbre vengeur, Talence, France

Prix : 13.00 €

ISBN : 978-2-916141-32-9

GENCOD : 9782916141329

Sorti le : 24/10/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Eric Marcelin de la librairie CRITIC a RENNES, France (visiter son site) – 14/07/2012

Cette OEUVRE est incontournable. Une petite merveille sortie du fond de notre litterature par les editions de L’arbre Vengeur que je salue ici bien bas pour avoir eu l’audace, que dis je, l’intelligence de reedite ce texte d’une rare beaute, d’une verve unique et tres originale, d’autant plus si on replace ce roman dans son epoque (1945). Chaque page ou presque (j’exagere mais vraiment peu) est un regal. J’ai quasiment eu envie d’annoter un paragraphe sur 4 tellement certaines tournures ou reflexions m’ont enthousiasme, scotche, laisse pantois. Je suis revenu a plusieurs reprises sur tel ou tel passage pour m’en delecter a satiete. Reellement une grande reussite, un auteur que je decouvre tardivement et qui je l’espere ne restera pas plus longtemps inconnus de vous. Une entree remarquable dans le fantastique francais que je ne saurait mieux d’ecrire que la quatrieme de couverture proposee par l’editeur, la voici donc :

“Vous connaissez le passe, imaginez le futur, redoutez le present : il vous reste a decouvrir le present vieilli, ce temps inedit invente par Jacques Spitz dans un roman phenomenal considere comme un des classiques du roman d’anticipation francais.
Son heros, un peintre rate resolu au suicide, va vivre une experience hors du commun qui le conduira ou nul n’est alle : inocule par un savant fou, un bacille s’est attaque a sa vue et lui permet de voir le monde et les etres tels qu’ils seront dans un futur proche. Mais ce qui n’etait qu’une etrange experience devient une aventure effarante lorsqu’il realise que le temps se dilate et qu’il voit de plus en plus en avant.
Livre haletant sur le cauchemar d’un homme seul au milieu d’un univers en dereliction, L’Oeil du purgatoire est un roman unique qui reussit a pousser une logique jusqu’a son extreme limite avec une audace et une intelligence qui ont laisse pantois ses admirateurs. Il etait impensable de ne pas le proposer de nouveau a ceux qui croient que la litterature, mieux que n’importe quel art, doit nous permettre d’explorer les confins et les mysteres de notre imaginaire.”

Et hop pour finir et pour le plaisir un petit tout petit passage ;o)

“Chaque fois que je l’ai vu, je suis reste avec l’impression qu’il m’avait agite un chiffon de laine empoussieree dans la cervelle. Qu’il aille faire ailleurs le menage de ses idees ! Les miennes sont claire et me suffisent…. “

  • Le choix des libraires : Choix de Jean-Pierre Ohl de la librairie GEORGES a TALENCE, France (visiter son site) – 14/07/2012

Il y a des livres que l’on a peur de relire. Leur souvenir est si eblouissant que l’on redoute de le ternir. Mais parfois il faut savoir sauter le pas : se lancer dans cette singuliere aventure de la redecouverte, au risque de bouleverser quelque peu notre pantheon personnel. Le hasard a voulu que, dans la meme semaine, deux de ces livres soient reedites.
Bonne nouvelle ! Ni l’un ni l’autre n’ont pris une seule ride !

L’oeil du purgatoire, de Jacques Spitz, L’Arbre vengeur.
Le peintre Poldonski n’a plus gout a rien. La compagnie de ses semblables l’ecoeure ; son genie est incompris, son art impuissant a transfigurer un quotidien banal et sinistre. Mais l’extravagant inventeur Dagerloff lui fait une proposition singuliere : un voyage dans la causalite. Il inocule au peintre un bacille qui attaque ses organes visuels, et lui permet de voir les choses telles qu’elles seront dans le futur : le megot a la place de la cigarette, la charogne a celle de la viande…
Un autre joyau surrealiste ! Auteur culte chez les – rares – amateurs de science-fiction francaise, Jacques Spitz compose ici son chef-d’oeuvre : un ebouriffant voyage au pays du devenir. Ce qui frappe le lecteur, et le captive, c’est l’implacable rigueur du cauchemar de Podlonski, sa logique sans faille, son evidence existentielle. Pas a pas, le peintre decouvre la macabre realite du lendemain. Dans la vitrine des fleuristes, il voit le destin ineluctable du plus magnifique bourgeon : la fletrissure. Les objets vieillissent autour de lui, ses propres vetements deviennent des hardes. A mesure que le virus contamine sa vision et que s’accelere le processus, il derive loin de ses semblables, qui lui apparaissent bientot sous la forme de squelettes. Le cauchemar culmine dans cette scene stupefiante ou Podlonski, debout devant un miroir, assiste ? a sa propre mort ! La glace me renvoie mon visage de cadavre, mon oeil fixe et vitreux, mon teint a faire peur, mes traits encore marques par les luttes de l’agonie. La fable scientifique est menee jusqu’a son terme, avec une precision meticuleuse ; et cette meticulosite meme debouche sur un univers frenetique, hallucinatoire, un peu comme si Lautreamont s’etait empare d’un canevas de Jules Verne pour batir un conte d ?horreur. Fenetre ouverte sur l’inconnu, L’oeil du purgatoire plonge dans ceux du lecteur, et continue de le hanter bien apres la derniere page.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Vous connaissez le passe, imaginez le futur, redoutez le present : il vous reste a decouvrir le present vieilli, ce temps inedit invente par Jacques Spitz dans un roman phenomenal considere comme un des classiques du roman d’anticipation francais.

Son heros, un peintre rate resolu au suicide, va vivre une experience hors du commun qui le conduira ou nul n’est alle : inocule par un savant fou, un bacille s’est attaque a sa vue et lui permet de voir le monde et les etres tels qu’ils seront dans un futur proche. Mais ce qui n’etait qu’une etrange experience devient une aventure effarante lorsqu’il realise que le temps se dilate et qu’il voit de plus en plus en avant.

Livre haletant sur le cauchemar d’un homme seul au milieu d’un univers en dereliction, L’oeil du purgatoire est un roman unique qui reussit a pousser une logique jusqu’a son extreme limite avec une audace et une intelligence qui ont laisse pantois ses admirateurs. Il etait impensable de ne pas le proposer de nouveau a ceux qui croient que la litterature, mieux que n’importe quel art, doit nous permettre d’explorer les confins et les mysteres de notre imaginaire.