Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’ombre d’un homme qui marche au soleil ; réflexions sur Albert Camus

Auteur : Maïssa Bey

«En écoutant Maïssa je retrouvais mon père. Pas un écrivain célèbre, non, mon père, un être humain avec sa solitude, son courage et ses déchirements. Et c’était une femme, algérienne, qui dans sa solitude et ses déchirements avait eu le courage d’une si lumineuse intelligence.» Catherine Camus, “Albert Camus et le mensonge”, au Centre Beaubourg en 2002. Depuis 2002, Maïssa Bey est invitée dans des colloques sur Camus. Ce magnifique petit recueil, qui ne cesse d’être commandé, a été publié avec deux textes puis trois. Cette fois Maïssa Bey nous offre une quatrième réflexion : “La Première Aurore” qui s’ajoute à “Albert Camus et le mensonge”, “Albert Camus et Oran” et, sur la relation de Camus à sa mère, “Femmes au bord de la vie”.