Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’usure du monde ; hommage à Nicolas Bouvier

Auteur : Frédéric Lecloux

En 1953, l’écrivain-voyageur suisse nicolas bouvier quitte genève dans une fiat topolino, avec une machine à écrire et l’intention de gagner l’inde.
Son voyage durera quatre ans et se terminera au lapon, avec pour seuls luxes la petite voiture qui offre la liberté d’aller où l’on veut et une lenteur érigée en art. l’usage du monde, récit de cette aventure, est devenu un livre culte dans le monde entier. en 2004-2005, le photographe frédéric lecloux refait cette route, en voiture : “l’ai voyagé sans coller aux guêtres de nicolas bouvier au lieu près, au cadrage près, au mot près.
Et surtout pas “sur les traces de nicolas bouvier”, que le vent des routes a lissées depuis longtemps, mais bien au contraire en travaillant à mettre à fleur de peau l’émotion que son ouvrage m’a procurée. un voyage pour le voyage, qui se suffise à lui-même. une vraie dérive qui se donne le temps du monde des gens…”. l’usure du monde, ainsi nommé en hommage à nicolas bouvier, alterne photographies et récit, et conduit le lecteur dans un glissement poétique à travers les pays de l’ex-yougoslavie (croatie, serbie, macédoine), la turquie, l’iran, le pakistan et l’afghanistan